vendredi 19 juillet 2019

Le Suffren, nouveau sous-marin nucléaire français, prend la mer.

Lu pour vous sur BFM TV.


Son nom : le Suffren. Sa mission: protéger le porte-avions Charles de Gaulle en détectant les sous-marins adverses et faire du renseignement. Son atout: il est quasiment indétectable. Ce sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire est un événement pour la Marine Nationale. Il est inauguré vendredi 12 juillet à Cherbourg par Emmanuel Macron et la ministre des Armées Florence Parly.

Le Suffren inaugure la classe Barracuda, la nouvelle génération de sous-marins à propulsion nucléaire qui remplacera les sous-marins Rubis mis en service entre 1976 et 1990. Le coût de ce programme atteint 9 milliards d'euros. La Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 prévoit la livraison de six Barracuda d'ici 2030Sous marin Barracuda


Une base secrète immergée

Lors d'une conférence de presse, le capitaine de vaisseau Bertrand Dumoulin, sous-marinier et chef du SIRPA de la Marine Nationale, a précisé les trois principales missions de la série Suffren: "protéger nos sous-marins nucléaires français lanceurs d'engins (SNLE) en détectant des adversaires dans nos zones d'intérêts ou de crise, capter discrètement des renseignements et escorter des bâtiments précieux",  à commencer par le Charles de Gaulle.
Barracuda

Ces nouveaux submersibles sont un concentré d'innovations. Plus grands (99 mètres contre 76 mètres) et plus lourds (5300 tonnes contre 2600 tonnes), ils sont capables de plonger à 350 mètres de profondeur pendant 70 jours contre 45 pour les Rubis. A bord, ils peuvent accueillir un équipage de 65 sous-mariniers. Pour la première fois il y aura des femmes à bord. Le sous-marin est plus grand et l'équipage moins important que les Rubis a permis de créer des espaces dédiés aux sous-marinières. Le commandement a été confié au capitaine de frégate Axel Roche.

Le Suffren fait entrer la Marine nationale dans une nouvelle forme de combat. Il dispose d'un hangar de pont amovible pour les nageurs de combat. "Nous sommes les seuls à en disposer avec les Américains et les Britanniques", signale le capitaine de vaisseau. Cette base secrète immergée est dédiée aux nageurs de combat. Ils l'utiliseront pour faire partir des drones et aller en missions avec des mini sous-marins PSM3G. Ces engins ont été imaginés par le commando Hubert.

L'autre point fort des Barracuda est qu'ils sont presque indétectables. Le son qu'ils émettent équivaut à celui d'un "banc de crevettes", selon l'expression utilisée par les responsables du projet. "Cela leur donne l'avantage acoustique", indique le capitaine Dumoulin. 
Côté armement, le Suffren n'est pas équipé de missile nucléaire, comme les SLNE qu'il doit protéger. Il transporte 50% d’armes en plus que les Rubis. Il dispose de missiles de croisière, de la future torpille lourde F21 et du missile antinavire SM 39. Le Suffren peut tirer quatre missiles en une seule salve à une portée de 1000 km.
Le nouveau sous-marin sera mis à l’eau cet été et débutera les essais en mer au 1er trimestre 2020 pour arriver à Toulon, son port d'attache, avant l’été. Les cinq autres, Outre le Suffren, le Duguay-Trouin, le Tourville et le De Grasse doivent être livrés d'ici à 2025. Viendront ensuite le Rubis et le Casabianca qui arriveront d'ici à 2030. 

jeudi 18 juillet 2019

Des nouvelles de l'Agence pour l'Innovation de la Défense

Expérimentation en robotique terrestre

par Emmanuel CHIVA
experi2
En mars dernier s'est déroulée une expérimentation novatrice (dans son sujet comme dans sa forme) dans le domaine de la robotique terrestre avec le soutien de l'Agence Innovation Défense. Retour sur cette opération et son contexte.
L’armée de Terre emploie déjà fréquemment des robots de petite taille pour la lutte contre les engins explosifs improvisés au sein de l’arme du Génie. Elle ambitionne aujourd’hui de développer un axe robotique plus large au sein des unités SCORPION. Dans le cadre de la feuille de route SCORPION validée par la ministre des Armées en mai 2018, la Direction générale de l’armement (DGA) et l’armée de Terre préparent l’acquisition, cet été, de micro robots de reconnaissance au profit de l’Infanterie et du Génie.
En parallèle, l’État-major de l’armée de Terre (EMAT) et l’Agence de l’innovation de défense (AID) ont réalisé, avec l’appui des experts techniques de la DGA, une expérimentation opérationnelle d’une semaine au Centre d’entraînement en zone urbaine (CENZUB) avec plusieurs robots téléopérés de grande taille (classe 500 kg à 4 tonnes) provenant de quatre industriels: Arquus (robot Dagger), Tecdron (robot Sentinel), Nexter (robot Optio) et Shark Robotics (robot Colossus et mule Barakuda) Il s’agissait, en accomplissant des missions tactiques simples, d’identifier en quoi et comment l’emploi de robots, tels qu’ils sont actuellement, peut influencer la manœuvre tactique. L’expérimentation a d’ores et déjà permis de recueillir de précieux enseignements d'ordres technique, organisationnel et opérationnel. La vidéo ci-dessous présente un résumé de cette opération.
Cette expérimentation est conduite en complément des travaux déjà réalisés par la DGA dans le cadre du démonstrateur FURIOUS ou des études pour le développement de briques technologiques comme l’autonomie de navigation ou la coopération multi-robots. Elle permet notamment d’affiner la réflexion sur les usages des robots téléopérés en conditions réelles et contribue à préparer l’acquisition des robots SCORPION.
L’AID et l’EMAT planifient, d’ores et déjà, de poursuivre leurs expérimentations en projetant en opérations extérieures, dès 2020, quelques robots à vocation transport de charge et observation. L’AID, s’appuyant sur l’Innovation Défense Lab (dont je parlerai bientôt), accompagne l’armée de Terre dans la construction et le financement de ce projet comme dans la préparation des phases ultérieures de cette expérimentation.
Ces études et expérimentations s’inscrivent dans le cadre plus large d’une politique ministérielle d’investissement, portée par la Loi de programmation militaire, au profit de la modernisation des équipements et des innovations technologiques.

mercredi 17 juillet 2019

Visite à Lyon de S.E. Monsieur l’ambassadeur de Singapour en France





De gauche à droite : M. Sherwin LOH, premier secrétaire (affaires politiques), ambassade de Singapour en France -

M. Zainal Arif MANTAHA, ambassadeur de Singapour en France
M. Alain LABAT – Président de l’Association Lyon-Singapour
Mme Nathalie BERTHIER, Association Lyon-Singapour

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
S.E.M. Zainal Arif MANTAHA, ambassadeur de Singapour, et M. Sherwin LOH, premier secrétaire (affaires politiques) ont tenu à être présents pour le lancement du livre publié par Alain LABAT « l’Odyssée du Merlion », premier ouvrage en français sur l’histoire – méconnue - de Singapour.
Lien vrs la présentation de l'ouvrage : https://eska-publishing.com/fr/home/1132958-singapour-l-odyssee-du-merlion-9782822405874.html

Durant son séjour, fin juin dernier, M. l’ambassadeur a pu s’entretenir avec M. Pascal MAILHOS, Préfet de la région Auvergne-Rhône Alpes, Préfet de la zone de défense et sécurité Sud-est, Préfet du Rhône. Des échanges fructueux ont eu lieu avec des représentants de la Métropole de Lyon et de la région Auvergne-Rhône Alpes ainsi qu’avec des entreprises intéressées ou déjà en installées à Singapour. 2e client de la France en Asie Pacifique et notre 1er excédent commercial dans cette région, Singapour compte 715 entités françaises – filiales, succursales et autres -. Le volet défense/sécurité est essentiel dans le partenariat stratégique entre les deux pays ; la France est l’un des tout premiers partenaires de Singapour pour la recherche en technologies de défense et de fournitures d’équipements. Des pilotes de chasse singapouriens sont formés depuis plusieurs années sur la base militaire de Cazaux. Dans le cadre du Dialogue du Shangri-La, principal forum sur la sécurité en Asie, le Charles de Gaulle a fait escale à Singapour le 28 mai ; la marine nationale a participé à des exercices avec la marine et l’armée de l’air de Singapour.

Ce séjour a été l’occasion pour l’Association Lyon-Singapour, présidée par Alain LABAT d’organiser un programme de visites riches et variées de structures et entreprises de renom :

- Cité internationale de la gastronomie de LYON – par M. BONNETAIN, directeur
- Pôle Pixel industries culturelles et créatives, organisée par la région Auvergne Rhône Alpes (AASN, Association lyonnaise
des arts et cultures numériques) – APPSOLUTE – THEORIZ Studio - par Mme Géraldine FARAGE, Directrice du Pôle PIXEL
- Présentation du Cluster RACE par M. Patrick JOUFFRAY
- MIXEL (concepteur agitateurs industriels, actif en Asie) – par M. Philippe EYRAUD

- VIBRATECH – Automatisation industries pétrochimiques, chimiques pharmaceutiques et production d’énergie – Membre du
Bloc Malaisie/Singapour du cluster Race - présentation par Mme GERPHAGNON directrice Asie/Pacifique.

- Cluster EDEN – 1er cluster français des entreprises du secteur de défense/sécurité/cyber sécurité – présentation par M. Jean-Luc LOGEL

- CENTRALP entreprise associée – présentation par M. Jean-Luc LOGEL

Ce fût également l’occasion de fêter le bicentenaire de Singapour au Skyroom du World Trade Center à l’invitation du Président de la Métropole et en présence de Georges Képénékian, Premier adjoint au Maire de Lyon.

Annie DUBERNET






mardi 16 juillet 2019

Les auditeurs-jeunes IHEDN de la dernière promotion sont nommés.

Désignation des auditeurs diplômés de la session régionale « Jeunes » Auvergne-Rhône-Alpes (du 15 au 19 avril 2019) de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice :



Notre camarade Adrien Chambade, très actif en région et au niveau national, est diplômé.


C'est aussi l'époque des promotions de nos cadets de Défense :

Le 3 juillet, les Cadets de la Défense du Rhône et de la Loire ont clôturé leur année d’engagement lors d’une cérémonie à l’hôtel du gouverneur militaire de Lyon (GML). Le général de brigade Bertrand de Reboul, adjoint au GML, leur a remis à cette occasion une attestation d’engagement.

Volontaires au sein du programme des Cadets de la Défense, 60 jeunes entre 14 et 16 ans se sont vu remettre un diplôme de fin d’année. Après avoir visité l’hôtel du GML, les cadets se sont réunis dans le grand salon pour la cérémonie, en présence du général adjoint ainsi que de Madame Terry, représentante de la rectrice de l’académie de Lyon. Ceux–ci, ainsi que les chefs de centre et d’encadrement, les ont alors félicités pour leur engagement, leur persévérance et la cohésion née dans la promotion au cours de cette année.
Les cadets se sont en effet engagés à participer aux activités de groupe deux mercredis après-midi par mois. Pendant ces demi-journées, les instructeurs de l’Education Nationale et de l’Armée les ont sensibilisés aux questions de Défense et à la citoyenneté. A travers le sport, des visites éducatives et des rencontres avec du personnel des ministères de la Défense, de l’Intérieur et de l’Education Nationale, les jeunes ont acquis des savoirs être indispensable à la vie collective.

Le programme des Cadets de la Défense s’inscrit dans le plan égalité des chances mis en oeuvre par le ministère des Armées depuis 2008. Il prend sa place dans la participation des Armées au renforcement de la cohésion sociale, de la mixité sociale et du lien entre la Nation et son Armée. Il accueille aujourd’hui environ 400 cadets dans plus de 20 centres répartis sur tout le territoire national.


lundi 15 juillet 2019

Notre camarade David YENDT honoré pour son engagement sans faille au service de l'esprit de défense et de sécurité

Notre camarade David Yendt, auditeur de la 173è SR « Louis Blériot », mai-juin 2008, a reçu des mains du Colonel Arnaud Bourguignon, commandant la BA 942 Lyon-Mont Verdun, la médaille de bronze des services militaires volontaires. David est réserviste-citoyen de l’armée de l’air à la BA 942.
Il est par ailleurs chargé de mission au Codir de l’AR14 auprès du Trinôme académique de l’académie de Lyon.
Il est l’un des derniers à recevoir cette distinction ; en effet, la MSMV vient d’être remplacée par la médaille des réservistes volontaires de défense et de sécurité intérieure, par décret du 1er juillet 2019, publié au J.O. du 3 juillet.
Ce décret abroge et remplace le décret du 13 mars 1975 relatif aux caractéristiques et aux modalités d’attribution de la médaille des services militaires volontaires. Il définit les bénéficiaires de la médaille des réservistes volontaires de défense et de sécurité intérieure, destinée à récompenser la fidélité de l’engagement ainsi que les mérites et les services effectivement rendus au profit de la réserve opérationnelle et de la réserve civile de la Police nationale.

Nous adressons toutes nos félicitations à David.

Photo © Evelyne Dufond.

J-Christophe Beckensteiner



Zoom sur la nouvelles médaille des Réservistes volontaires de Défense et de sécurité Intérieure :
La nouvelle médaille des réservistes volontaires de défense et de sécurité intérieure est officiellement créée. Elle remplace la médaille des services militaires volontaires qui pourra continuer à être portée.
Les textes officiels

dimanche 14 juillet 2019

Fête Nationale !

14 JUILLET 2019 - Ce dimanche, la fête nationale est célébrée dans toute la France avec une météo clémente. Consultez le déroulé de la cérémonie et le programme des défilés, bals et concerts à Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse et d'autres villes.
14 juillet : défilé, concerts, bals, le programme à Paris et en France















(© L'Internaute)
Le 14 juillet s'ouvre ce dimanche à Paris par le prestigieux défilé militaire à 10 heures du matin, avec un soleil dominant et un temps sec, avec des températures avoisinant les 24 degrés. Au programme, 4 298 hommes et femmes à pieds, 196 véhicules et 270 cavaliers de la Garde républicaine paraderont sur un parcours de 1 200 mètres sur les Champs-Elysées. Ils seront survolés par 67 avions et 40 hélicoptères. Les grandes villes que sont Lille, Toulouse, Marseille, Bordeaux ou Nice font parader leurs militaires le dimanche 14 juillet, à l'exception des villes comme Lyon ou Rennes pour qui le défilé aura toujours lieu la veille, soit hier samedi 13 juillet à 11h30 (voir notre article d'hier). Dans toute la France, la météo sera radieuse pour commémorer la fête nationale avec des températures entre 17 et 25 degrés et aucune averse.
A suivre sur la Une, France 2, BFM TV etc etc etc.



 Notez que, de retour du défilé du 14 juillet à Paris et en route pour sa base de Salon-de-Provence, la Patrouille de France effectuera un passage au dessus de Lyon aux alentours de 15h.

Quelques photos-souvenir de la cérémonie d'hier à Lyon : 

    



Samedi 13 juillet a eu lieu le traditionnel défilé de troupes militaires cours Franklin-Roosevelt et place Lyautey à Lyon. Les lyonnais sont venus à la rencontre de leurs Armées à travers une présentation de véhicules militaires et des stands présentant différents armées et services.

Cette journée de festivité a commencé par l’inauguration des différents stands par les autorités publiques et militaires : armée de Terre, armée de l’Air, Marine Nationale, Commissariat des Armées, Service de Santé des Armées, tous étaient au rendez-vous. A l’issue du tour, les troupes se sont mises en formation afin de procéder au défilé. Commandées par le colonel Hubert Gomart, chef d’état-major de la Zone de Défense et de Sécurité Sud-Est, les troupes à pied et motorisées se sont avancées le long Franklin Roosevelt, sous les fervents applaudissements des spectateurs.
Le défilé terminé, les véhicules ont été exposés au public pour une présentation statique, tandis que les stands ont accueillis à leurs tour les visiteurs. Les militaires déployés dans le village de tentes ont alors présenté les Armées et leurs différents services ainsi que les carrières et métiers proposées par le ministère de la Défense.

Dans l’après-midi, un hélicoptère léger de la Marine Nationale s’est posé sur le pont Morand avant de décoller deux heures plus tard : un évènement exceptionnel, qui n’a pas manqué d’affermir le lien Armée – Nation.

« Le 14 juillet, nous célébrons les noces de la France avec elle-même. C’est un jour intense d’unité, où tous les Français se retrouvent, avec un même enthousiasme, une même ferveur, un même élan patriotique. C’est le temps d’une embrassade et d’un serment. Il y a en France un lien séculaire entre le 14 juillet et l’armée. C’est peut-être parce que la France, selon le mot du Général de Gaulle, « fut faite à coups d’épée». Peut-être aussi parce que le 14 juillet 1790, l’acteur central de la fête de la Fédération fut la Garde nationale. Peut-être enfin parce que l’armée a toujours été en France autant un instrument militaire qu’une institution d’acculturation à la citoyenneté. Quoi qu’il en soit, le défilé militaire du 14 juillet nous rappelle que l’armée de la République est au service de la Nation. »

Général Jean-Pierre Bosser, Chef d’état-major de l’armée de Terre

© Cellule communication du Gouverneur militaire de Lyon



vendredi 12 juillet 2019

Demain : à Lyon les cérémonies et plus encore !


A l’occasion de la fête nationale, une cérémonie militaire, suivie d’un défilé, est organisée le samedi 13 juillet 2019 à 11h30, place Lyautey et cours Franklin-Roosevelt à Lyon. En parallèle, les lyonnais sont invités à venir à la rencontre de leurs armées, de 10h45 à 17h.

En effet, un village de tentes avec différents stands sera installé place Lyautey pour présenter les missions et les matériels des armées, mais aussi pour présenter les carrières et les métiers offerts par le Ministère des Armées.
Une présentation statique de véhicules et d’engins militaires sera en outre mise en place à proximité à l’issue du défilé. Un hélicoptère de la Marine Nationale sera également présent, avec un poser sur le pont Morand à 13h00 et un redécollage à 16h00.
Les stands, ouverts au public dès 10h45, seront inaugurés par le préfet, le maire de Lyon et le gouverneur militaire de Lyon à 11h.


Nous vous attendons nombreux, et vous remercions par avance d’en faire l’écho auprès du plus grand nombre.


jeudi 11 juillet 2019


L'industrie française unifiée pour le développement de l'intelligence artificielle


Huit entreprises françaises ont décidé de s'unir afin d'accompagner le développement d'une intelligence artificielle au service de l'industrie.
Le mercredi 3 juillet, huit industriels français ont signé un manifeste sur l'intelligence artificielle. Les entreprises Air Liquide, Dassault Aviation, EDF, Renault, Safran, Thales, Total et Valeo ont ainsi décidé de s'unir afin de développer une « vision stratégique commune de l'IA », expliquent-elles.
« Les signataires vont établir un diagnostic commun d'ici septembre 2019 afin de le partager avec les décideurs politiques et définir, d'ici la fin de l'année, un plan d'action coordonné avec l'écosystème français de l'intelligence artificielle, invitant à les rejoindre tous les acteurs, publics ou privées », ont détaillé les huit industriels. Ces entreprises ont décidé d'orienter leurs travaux vers des problématiques précises, sur lesquels de nombreux industriels se penchent d'ores et déjà individuellement. Ainsi, l'industrie française devra favoriser l'émergence d'une IA de confiance, impliquant une transparence et un caractère éthique au regard de l'emploi qui en est fait. L'explicabilité et la certification de l'IA devront également être prises en compte. Une intelligence artificielle certifiée permettra de garantir les capacités des réseaux neuronaux et l'exactitude des informations communiquées et décisions prises. Les huit signataires se concentreront également sur « les systèmes embarqués (c'est-à-dire des systèmes électroniques autonomes utilisés pour réaliser une tâche), l'IA pour la conception, la simulation, le développement, les tests et la logistique, l'IA appliquée à la maintenance et l'industrie 4.0 » ou encore à la fiabilité et à la robustesse des réseaux de neurones nourrissant l'intelligence artificielle. Les industriels se pencheront donc sur l'IA dans son ensemble, aussi bien au niveau des cas d'application que des systèmes au cœur de l'intelligence artificielle.
Une fois que ces huit entreprises auront tiré les conclusions de leurs travaux liminaires, elles partageront leur diagnostic « avec les décideurs politiques, afin de définir, d'ici la fin de l'année, les actions concrètes pouvant être mises en œuvre au niveau national avec l'ensemble de l'écosystème français de l'IA ».
L'industrie française prend donc le dossier de l'IA à bras le corps, afin de garantir l'indépendance technologique de la France dans le domaine, dans un contexte où la gestion de données devient critique, notamment au regard de leur protection. Les données collectées dans un environnement complexe, tel que celui de la Défense, doivent être traitées avec prudence afin de garantir la souveraineté nationale et la sécurité des informations sensibles.

Lire sur Air et Cosmos

mercredi 10 juillet 2019

LANCEMENT à LYON du PÔLE D’EXCELLENCE EUROPÉEN POUR LA SÉCURITÉ GLOBALE

Le projet de « Pôle d’Excellence européen pour la Sécurité Globale » a été initié par FITS et la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne. Il a pour ambition de créer un pôle de référence européen dédié à la sécurité globale. Il a été lancé officiellement à Lyon le 4 juillet dernier, dans les grands salons de la Préfecture du Rhône, en présence de près de 300 invités, experts, personnalités du monde politique et de la sécurité.
Le projet a mis du temps à aboutir, il lui faudra encore une bonne année avant que le système ne génère une activité soutenue sur Lyon, d’experts qui animeront professionnellement la structure et feront le lien avec les différents partenaires.
Partenaires qui se retrouvaient ensemble en table ronde, unis autour de ce projet fédérateur dont l'ambition dépasse la ville, la métropole, la région et même notre pays.


Pour l’instant c’est le Cluster SAFE qui assure la mise en marche, avec des locaux modestes à la Chambre de Commerce de Lyon, avec du personnel détaché d’autres organisations. Sa présidente Claire-Anne REIX rappelait que la filière sécurité représente quelqu'un million de personnes impliquées dans notre pays, un écosystème qui rassemble des personnels publics et des intervenants privés. Le lancement du Pôle d’excellence pour la sécurité globale constitue un évènement attendu depuis quelques années par les acteurs lyonnais de la sécurité et par les observateurs attentifs.


Alain Juillet, Président du FITS - Forum International des Technologies de Sécurité, lançait les débats.

ZOOM : le cluster SAFE 

La vision du cluster SAFE : devenir en 2020 le Pôle de compétitivité leader européen des solutions de sécurité et de management des risques, des nouveaux usages Aérospatiaux et technologies de Défense.
Sa mission est d'apporter un réseau et l’expertise nécessaires au développement des entreprises membres.
UN MÉTIER : Anticiper les challenges sur les marchés, soutenir le développement de solutions innovantes et créer une valeur partagée.

DES SOLUTIONS « SAFEly CUSTOMIZED »
Pour concevoir vos solutions, le cluster SAFE fédére les meilleures innovations,  organise leur développement autour du besoin client.
Pour assurer le succès, il associe les compétences et les moyens des laboratoires et entreprises, de la TPE/PME au Grand Groupe.

...ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT À CHAQUE ÉTAPE
Le cluster SAFE proposons des actions d’accompagnement individuel ou collectif en lien avec les objectifs de l'entreprise aussi bien pour son développement commercial national et international que pour l’innovation, le
financement. Sa filiale Pégase Croissance est un partenaire privilégié pour une accélération de croissance en partageant les coûts et les risques.





En savoir plus : http://www.safecluster.com/



POURQUOI INSTALLER LE PÔLE D’EXCELLENCE EUROPÉEN POUR LA SÉCURITÉ GLOBALE À LYON ?


La métropole de Lyon et au-delà la région Auvergne Rhône-Alpes offrent un territoire privilégié pour la création et le développement du projet de Pôle d’Excellence européen pour la Sécurité Globale grâce à ses différents atouts :
  • une proximité auprès des centres décisionnels et structurants de la sécurité : secrétariat général de l’OICP Interpol (Lyon), École nationale supérieure de la police (Saint-Cyr-Au-Mont- D’Or), Service central de la Police Technique et Scientifique (Écully), Direction Générale du CEREMA ;
  • une forte présence du tissu industriel et d’entreprises de la sécurité, notamment dans la cybersécurité des systèmes industriels : Orange Cyber Défense, Sopra Steria, Atos, Siemens, Schneider…. ;
  • une densité des entreprises de services de sécurité : FIDUCIAL, BYBLOS, PROSEGUR FRANCE ;
  • la présence de structures de recherche en sécurité de premier plan, notamment le CEA ou le LIRIS dans le domaine du numérique et du traitement d’image ;
  •  l’existence de communautés de sécurité structurées : Cluster EDEN (sécurité, sureté et défense), AN2V (Vidéoprotection), le cluster dédié à la cybersécurité des systèmes industriels et urbains … ;
  • de nombreux « actifs » dans les domaines de la sécurité sanitaire (Laboratoire Jean, Mérieux P4, Biomérieux, Bureau OMS, Lyonbiopôle, SDMIS…) et dans la sécurité industrielle et environnementale (Vallée de la Chimie, CEREMA…)
  • une dynamique unique de la CCI pour fédérer des acteurs privés et publics ayant des intérêts convergents autour d’un projet économique créateur de valeur.
Il se composera d’un centre d’excellence (Centre of Excellence - CoE) sur les territoires de la Métropole de Lyon et de la Région Auvergne Rhône-Alpes et d’un réseau d’infrastructures, de compétences et de services dédié à la sécurité globale.

La vocation de ce pôle est de favoriser les coopérations entre les différents acteurs de la sécurité sur les territoires français et européens : services de sécurité privée, services de sécurité publique, organismes académiques de recherche et de formation, entreprises fournisseurs de technologie, consommateurs de solutions de sécurité.

Ce projet vise à répondre à 4 enjeux clefs :

  • Créer un continuum de services de sécurité publique / privée
  • Accompagner la transformation des services de sécurité
  • Développer des technologies au service de la confiance et de la sécurité.
  • Participer à la construction et à l’animation d’un réseau européen des acteurs de la sécurité globale

UN PÔLE AUX NOMBREUSES MISSIONS

À travers sa création, le Pôle européen pour la Sécurité Globale proposera à l’ensemble des acteurs de l’écosystème et à ceux qui veulent le rejoindre une offre complète et diversifiée d’outils pour répondre aux différents besoins en matière de sécurité globale : formation, recherche appliquée, développement des technologies et animation de l’écosystème.

Une formation professionnelle de la sécurité globale

L’évolution des missions des sociétés privées de sécurité amène la profession à repenser la formation de l’encadrement. Pour cela, le pôle propose à ces acteurs une offre de formation pour accompagner à ces nouvelles missions, exercées en partenariat avec les différents acteurs de la sécurité globale.
Actuellement, la formation des cadres du secteur public travaillant dans le champ de la sécurité est organisée par l’État pour ses fonctionnaires ou par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale pour les agents des collectivités dont les policiers municipaux.
À travers son offre de formation, le pôle s’adressera à ces publics et abordera l’évolution des technologies numériques de sécurité et notamment l’intelligence artificielle, le traitement des données de masse, la cryptographie, l’authentification ou l’internet des objets.
Concrètement, le pôle :
    • développera en propre des formations mixant différents bénéficiaires : institutions, entreprises etc.
    • accueillera de manière temporaire ou continue des formations organisées par des tiers via la location d’espaces (salles, sites d’entrainement…) et d’équipements mutualisés de formation (outils de réalité virtuelle/de simulation par exemple)
    • assurera la promotion des formations partenaires hors les murs.

Des moyens mobilisés pour une plus grande coopération de recherche

La recherche en sécurité globale est très dense et fait l’objet d’un soutien financier public significatif, avec le lancement d’appels à projet français et européens. Pour autant, les acteurs de la recherche publique et privée et prestataires de services de sécurité partagent peu leurs expertises du fait de leurs cultures différentes et/ou du peu de moyens dédiés à ce type de collaboration.
Afin de créer une véritable dynamique de coopération entre les acteurs de terrain, le pôle ambitionne de proposer un lieu et des moyens qui soutiendront cette démarche. Il viendra en appui et en complément des démarches déjà initiées par l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN), l’École Nationale Supérieure de la Police (ENSP), l’École Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs- Pompiers (ENSOSP) qui disposent de leurs centres et chaires de recherche.
Concrètement, le pôle :
  • mettra en place une dynamique évènementielle pour faire émerger des projets de recherche collaborative entre l’ensemble des acteurs de la filière sécurité,
  • aidera au montage de projets nationaux et européens et notamment à l’identification de partenaires nationaux et européens,
  • contribuera à la coordination des activités de recherche en France et la création d’un réseau européen de recherche dans le domaine de la sécurité globale.
  • Une attention particulière sera donnée aux projets d’usages liés à la sécurité globale, donnant une grande place aux sciences humaines et sociales et non pas au développement de technologies mais à leur intégration.
Le Pôle d’Excellence européen pour la Sécurité Globale proposera notamment :
un showroom des technologies de sécurité présentant des solutions existantes, notamment de PME, et des démonstrateurs,
une offre d’expérimentation de solutions de sécurité en environnements urbains et industriels, ainsi que dans les transports visant à démontrer l’efficacité de solutions,
une offre d’accueil d’activités liées à la sécurité : accélérateurs, start-ups, entreprises industrielles et innovante, équipes de R&D.


Une offre d’animation innovante pour fédérer l’ensemble des acteurs
Le Pôle d’Excellence européen pour la Sécurité Globale ambitionne de devenir un lieu de convergence, de réseau, d’interactions productives, au service de toute la communauté de la sécurité globale. Cette activité d’animation viendra en soutien des 3 autres activités : formation, recherche et services aux industriels et proposera notamment :
des activités de think tank, des espaces de rencontres & salles de réunion, mises en réseau, une plateforme partenariale numérique de type Market Place.

Le projet mettra en place dès 2019 une série d’événements, conférences ateliers, rendez-vous d’affaire. Cette dynamique contribuera à renforcer la visibilité de toutes les actions du projet et à générer de nouvelles demandes de services, de formations, de travaux de recherche, qui seront instruites dans une démarche de développement progressif.

Christophe Réville et Jean-Pierre TROADEC
Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale région Lyonnaise
crédit photos : IHEDN, SAFE cluster, JP Troadec





LES PARTENAIRES DU PROJET
  • Préfecture de Région Auvergne Rhône-Alpes, Préfecture du Rhône
« Je suis fière d’accueillir en préfecture du Rhône la conférence de lancement du pôle d’excellence européen pour la sécurité globale. Associant l’État, les collectivités territoriales ainsi que le monde de la recherche et de l’industrie, ce pôle s’appuie sur les structures d’expertise et de formation en matière de sécurité déjà présents sur le territoire lyonnais et se donne pour ambition un développement à court terme.
Face à une menace sécuritaire diversifiée et internationale, des enjeux majeurs émergent, tels que le développement de coopérations entre l’ensemble des acteurs pour aboutir à un continuum de sécurité, le nécessaire accompagnement des services vers une grande mutation technologique et la construction d‘un réseau européen. C’est le rôle du ministère de l’intérieur et des préfets que de contribuer à développer ces axes structurants. »
Emmanuelle DUBEE, Préfète déléguée pour la défense et la sécurité
  • La Région Auvergne Rhône-Alpes
« La sécurité est l’affaire de tous. La Région Auvergne-Rhône-Alpes en a fait sa priorité pour faire en sorte que dans leur vie quotidienne, nos lycéens, les usagers de nos TER, les habitants de nos villes et de nos villages, soient mieux protégés. Face aux nouveaux risques auxquels sont confrontés nos habitants et nos entreprises, la Région a choisi de s’investir fortement dans le Pôle européen de sécurité globale.
Cet outil unique va permettre la mise en commun de l’expertise des acteurs reconnus, publics et privés, de la sécurité. En réunissant et en partageant ainsi les savoir-faire, en permettant aux acteurs de la sécurité d’être mieux formés, en offrant la possibilité à nos entrepreneurs d’être plus performants, le Pôle européen de sécurité globale va renforcer notre capacité d’action au service de tous les habitants de la Région. »
Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

  • La Métropole de Lyon
« Dans un monde complexe, dans une société souvent dépassée par le rythme des avancées technologiques, la sécurité de nos concitoyens est devenue un enjeu majeur. La Métropole de Lyon s’engage à mobiliser à ses côtés l’ensemble des partenaires publics et privés pour construire une stratégie cohérente qui réponde aux enjeux de la sécurité, qu’elle soit civile, industrielle, environnementale, sanitaire, numérique et cyber ou encore en matière de transports.
C’est pourquoi j’ai souhaité que la Métropole s’inscrive dans la construction de ce Pôle européen de la sécurité globale et je suis fier qu’elle en impulse sa construction. En travaillant ensemble avec les acteurs de la sécurité publique et ceux du privé, nous apporterons des réponses innovantes et rapides. Il s’agit de s’adapter, de donner confiance à nos concitoyens, et d’appuyer la croissance d’une filière qui compte plus de 26 000 emplois à Lyon, près d’un quart du potentiel national. Au-delà, pour la Métropole de Lyon, il s’agit de nouer des partenariats nécessaires dans le domaine pour jouer un rôle de premier plan au niveau européen et à l’international. »
David KIMELFELD, Président de la Métropole de Lyon
  • La Ville de Lyon
« Lyon a pleinement vocation à accueillir le Pôle d’Excellence Européen pour la Sécurité Globale et j’accorde à ce projet tout mon soutien. Sa légitimité, notre ville la tient à la fois de son histoire et du dynamisme d’un écosystème alliant laboratoires de recherche, grandes institutions et entreprises. Outre le laboratoire de Police Technique et Scientifique, créé par Edmond Locard au début du siècle dernier et devenu l’établissement principal de l’Institut National de la Police Scientifique, notre territoire est riche d’institutions emblématiques telles que l’École Nationale Supérieure de la Police, Interpol, le CEREMA et d’entreprises capables de se fédérer pour rayonner à l’international comme l’illustre le cluster Eden.
Nous allons soutenir très concrètement l’implantation de ce pôle au cœur de Lyon et accompagner ses initiatives, notamment dans les domaines de la formation et de la recherche, en les associant par exemple au partenariat initié récemment avec Barcelone dans le cadre du projet européen Sécur’cities. L’installation à Lyon du Pôle d’Excellence Européen pour la Sécurité Globale illustre parfaitement notre modèle lyonnais : un partenariat public-privé ambitieux au service de l’innovation et du développement de notre territoire ».

Gérard COLLOMB, Maire de Lyon
  • La CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne
La CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne contribue à la création du PESG par la mise à disposition d’expertises et de compétences. Elle dispose en effet d’un savoir-faire reconnu dans le montage de projets complexes et collaboratifs, entre entreprises, ou bien entre entreprises et secteur public. Les projets qu’elle choisit de porter et d’accompagner ont tous pour vocation de créer de la valeur pour les entreprises et pour le territoire en termes de business additionnel pour les entreprises et d’attractivité et d’image pour le territoire.

C’est pour répondre à cette ambition que la CCI a initié et co-créé, au fil des années, des clusters comme CARA, EDEN, Lumière ou plus récemment RACE ou le cluster Équin. Tous ces clusters ont bénéficié d’une incubation de la part de la CCI qui engage des dispositifs d’expertise et d’ingénierie de projets collaboratifs. Cet amorçage a été déterminant dans le développement remarquable qu’ont connu ces différents clusters.
 
Banc national d’épreuve des armes à Saint-Etienne

« Ce projet répond à un enjeu central pour le monde économique : améliorer la sécurité appréhendée dans sa globalité.

Ce projet correspond à une ambition majeure, collaborative, qui place les entreprises qui interviennent dans la production de sécurité, que ce soit en service ou en production de matériels ou de solution, au centre de la démarche de co-construction.
Le Pôle que nous souhaitons mettre en place s’inscrit pleinement dans les savoir-faire reconnus de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne : fédérer les énergies, mettre en valeur les ressources territoriales, amener les acteurs économiques à coopérer pour atteindre des objectifs communs. C’est aussi une des forces de notre écosystème lyonnais qui amène les moteurs politiques et économiques de la métropole à se mettre en ordre de marche pour bâtir de concert au service de l’attractivité et de l’intérêt général.
Mettre en place un tel projet dans notre grande aire métropolitaine, projet intégrateur, dont l’ambition est de rechercher des solutions pour améliorer, adapter notre posture de sécurité et mieux lutter contre
les menaces qui pèsent sur le pays, c’est en fait mettre au diapason l’ensemble des parties prenantes de la sécurité, s’adosser sur un terreau fertile fait d’entreprises performantes, d’institutions structurantes présentes sur notre territoire (Interpol, l’École nationale supérieure de police, la police technique et scientifique, le Banc national d’épreuve de Saint-Etienne…), pour au final être ensemble plus pertinent au service d’un objectif majeur pour notre pays.
Notre ambition est de créer un pôle national et européen de ressources riche de formations, de recherche, d’expertises au sein duquel les acteurs, qui participent à la production de sécurité, pourront échanger, confronter et innover. Au cœur de ce dispositif, les entreprises auront une place de choix pour accompagner les donneurs d’ordres, comme le ministère de l’intérieur, et ainsi renforcer nos capacités de résilience face aux menaces qui pèsent sur notre pays."
Emmanuel IMBERTON, Président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne