lundi 6 août 2018

dimanche 5 août 2018

Nouvelles de l'I.E. et de la sécurité, et première session nationale IHEDN-INHESJ "souveraineté numérique et cybersécurité"



Les services de renseignement britanniques ont pu illégalement collecter des données pendant dix ans
Beaucoup de personnes s'en doutaient. Nous en avons maintenant la certitude. Le 23 juillet dernier, l'Investigatory Powers Tribual (l'organe de contrôle des services de renseignement du Royaume-Uni) a affirmé que le pouvoirs élargis donnés au GCHQ à la suite des attentats du 11 septembre, lui ont permis de recolter illégalement d'immenses quantités de données.
CETTE SEMAINE SUR LE PORTAIL DE L'IE
L'IE DANS LE MONDE
Le 24/07/2018
FICHE DE LECTURE
Le 25/07/2018
RISQUE
REVUE DE PRESSE
JEUX D'INFLUENCE
INNOVATION
Sur Maddyness, Le 27/07/2018
POLITIQUE ÉCONOMIQUE AMÉRICAINE
Sur L'Expansion, Le 27/07/2018


COMMERCE TRANSATLANTIQUE
 © Portail de l'I.E. - numéro de l'été

  PHILIP ALLONCLE, DÉLÉGUÉ AUX COOPÉRATIONS DE SÉCURITÉ

Alors que la mission parlementaire s’apprête à publier ces propositions de réformes de la sécurité privée, Philip Alloncle donne son opinion sur la conjoncture sur ce marché, actuellement en pleine transformation. Il explique également le rôle de la médiation interprofessionnelle des entreprises qui vise à améliorer les relations commerciales entre donneurs d’ordre et prestataires de sécuritéVoir l'interview

*
*             *

Arrêté du 30 juillet 2018 portant désignation des candidats admis à suivre la première session nationale « souveraineté numérique et cybersécurité » (2018-2019) de l'Institut des hautes études de défense nationale et de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice : ici.

samedi 4 août 2018

Nominations à la Région de gendarmerie ARA et aux commandes des réserves.




M. le général de division GUIMBERT (Philippe, Yvon, Georges), nommé commandant de la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes, commandant la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Sud-Est (lien).




M. le général de brigade KERBOULL (Alain) est nommé commandant en second de la région de gendarmerie Auvergne - Rhône-Alpes, commandant en second de la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Sud-Est à compter du 1er août 2018 (lien). Alain KERBOULL est auditeur IHEDN (48e SN).





M. le général de brigade KIM (Olivier, Georges) est nommé commandant du commandement des réserves de la gendarmerie et délégué aux réserves de la gendarmerie à compter du 1er août 2018 (lien).





Mme la générale de brigade FOUGERAT (Anne, Martine, Marie) est nommée secrétaire générale de la garde nationale et secrétaire générale du Conseil supérieur de la réserve militaire, à compter du 1er août 2018 (lien).

vendredi 3 août 2018

Réflexions pour l'armée de terre de demain : le dernier dossier du G2S

Association selon la loi de 1901, le G2S est un groupe constitué d’officiers généraux de l’armée de Terre ayant récemment quitté le service actif. Ces derniers se proposent de mettre en commun leur expérience et leur expertise des problématiques de défense, incluant leurs aspects stratégiques et économiques, afin de partager leur vision des perspectives d’évolution souhaitables de la défense.
Vous trouverez, en pièce jointe, le résultat de leurs réflexions sur l'armée de terre future.



jeudi 2 août 2018

LE TOURISME DE MEMOIRE EN AUVERGNE RHONE-ALPES


À l’instar de la Normandie ou de la Provence, Auvergne-Rhône-Alpes possède un patrimoine exceptionnel lié à la Seconde Guerre mondiale. De nombreux dispositifs mémoriels ainsi qu’une myriade de lieux discrets accueillent le visiteur, témoignant aussi bien des aspects les plus sombres de la période des "Années troubles" (Collaborationinternementrépression ou persécution, destructions matérielles et massacres des populations civiles) que de ses aspects lumineux, à travers les différentes formes de résistance (combattante, civile, intellectuelle, spirituelle, urbaine ou rurale) et de solidarité. Dès les années 1920-30, fuyant les persécutions, les dictatures ou la guerre civile, des exilés arméniens, espagnols, allemands, italiens y séjournèrent. Ils furent rejoints, après la mise en place de l’État français, par des minorités soumises à l’arbitraire des lois raciales. De nombreux juifs étrangers trouvèrent ainsi refuge à Dieulefit (Drôme), Megève (Savoie), Villard-de-Lans (Isère), Vic-sur-Cère (Cantal) ou au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), stations de villégiature possédant une hôtellerie florissante et des établissements socio-médicaux. Cet accueil se transforma, grâce au rôle des associations humanitaires, en actions de sauvetage (organisation du passage vers la Suisse) à partir du moment où la politique antisémite du gouvernement de Vichy fut mise en œuvre.
La région Auvergne-Rhône-Alpes fut très tôt le théâtre d’actions résistantes d’envergure, encore amplifiées après l’installation des troupes allemandes ; une kyrielle d’actions héroïques ou tragiques comme le soulèvement des maquis au Mont-Mouchet et dans le Vercors contre l’armée d’occupation allemande, ou le rétablissement éphémère de la République à Annonay (Ardèche) au cours de l’été 1944. De grandes personnalités engagées dans la Résistance ont agi à des degrés divers dans la région, à l’image de Jean Moulin, Lucie et Raymond Aubrac, le journaliste Yves Farge, l’écrivain Jean Prévost, le colonel Henri Romans-Petit ou encore l’abbé Alexandre Glasberg.

330 000, c’est le nombre de visites enregistrées en 2017 dans les lieux de mémoire de la région Auvergne Rhône-Alpes, témoignant d’une fréquentation stable sur les dernières années.
La plupart des sites concernés par le tourisme de mémoire sont liées à la Résistance. Parmi eux le Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation à Lyon se démarque largement. Le centre a été rénové en 2012 et affiche une moyenne de 65 000 visiteurs chaques année.
La revue Les chemin de la mémoire, publie dans son numéro d’août 2018 un dossier complet sur le tourisme de mémoire en Auvergne Rhône-Alpes, avec un encart consacré à la prison de Montluc : « résistance et répression ».

Jean-Pierre TROADEC




mercredi 1 août 2018

Renouvellement des missiles d’interception, de combat et d’autodéfense (MICA)

Image
MINISTÈRE DES ARMÉES
 
DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ARMEMENT
Image
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
 
 
Paris, le mercredi 25 juillet 2018

Renouvellement des missiles d’interception, de combat et d’autodéfense (MICA)


Florence Parly, ministre des Armées, a réuni le 24 juillet un Comité ministériel d'investissement à l’issue duquel elle a lancé la réalisation du programme d’armement « MICA nouvelle génération » (MICA NG). Ce programme de missiles permettra de renouveler la capacité d’interception à moyenne distance, de combat rapproché et d’autoprotection des Mirage 2000 et des Rafale de l’armée de l’Air et de la Marine nationale.

Ces missiles MICA NG remplaceront les actuels MICA, dont le retrait de service progressif est attendu entre 2018 et 2030. Les performances de ce nouveau missile permettront de faire face à l’évolution des menaces et des protections adverses, pour assurer la protection du territoire national, l’acquisition et le maintien de la supériorité aérienne et la protection de raids. Ces missiles seront développés en deux versions – autodirecteur infrarouge (IR) et électromagnétique (EM) –, et livrés entre 2026 et 2031.

Ses innovations dans les domaines des autodirecteurs et de la propulsion, ses capacités sol-air au travers de la version VL MICA et sa résilience aux normes ITAR dotent le MICA NG d’un fort potentiel export. Ces perspectives d’exportations ont été prises en compte dans la négociation contractuelle pour mieux répartir les efforts de financement et les bénéfices attendus. Ainsi, une part très significative des coûts de développement du missile sont supportés par les industriels titulaires de ce contrat (MBDA, Safran et Thales). En outre, le marché d’acquisition prévoit des redevances au profit de l’Etat, ainsi qu’un mécanisme de réduction du prix des missiles achetés par la France en cas d’atteinte des objectifs d’exportation.

Pour la France, les exportations sont partie intégrante du modèle économique de sa souveraineté en permettant à sa BITD (Base industrielle de technologie et de défense) de conserver sa capacité à couvrir tout le spectre des technologies critiques. Le ministère des Armées se tient aux côtés des industriels français via une politique vigoureuse de soutien, tout en attendant un juste retour pour les finances publiques de l’effort consenti par l’Etat.

La prise en compte systématique de ce levier dans les négociations contractuelles constitue un axe emblématique des améliorations attendues de la réforme de la DGA (Direction générale de l’armement) voulue par la ministre des Armées, annoncée le 5 juillet 2018. Son application dans les négociations du « MICA NG », premier programme d’armement lancé en réalisation dans le cadre de la LPM (Loi de programmation militaire) 2019-2025, promulguée le 13 juillet dernier par le président de la République, fonde le rééquilibrage des relations Défense/industrie promu par la ministre des Armées.

DGA/DICoD / Jean-Pierre TROADEC

mardi 31 juillet 2018

Newsletter N°25 du Mémorial National de la prison Montluc
Visionner cette newsletter dans votre navigateur
Copyright © 2018 Mémorial National de la Prison de Montluc, Tous droits réservés.
Jean-Pierre TROADEC

lundi 30 juillet 2018

La revue stratégique de cyberdéfense du SGDSN

Saine lecture pour cet été : (re) lire le point du Secrétaire Général à la défense et à la Sécurité Nationale sur notre stratégie de cyberdéfense.

à télécharger ici.

dimanche 29 juillet 2018

Les travaux de l'IRSEM à votre disposition


La Lettre de l'IRSEM 2018



La Lettre de l'IRSEM - Juin 2018
Vie de l'IRSEM
- Dernières publications, Événements, Actualités des chercheurs
Veille scientifique
- Armement et économie de défense, Questions régionales Nord
À venir



2017 - La Lettre de l'IRSEM


Reconversion des militaires : une initiative remarquable dans nos régions, en particulier à Lyon

(c) le Progrès

samedi 28 juillet 2018

L'arrêté du 26 juillet 2018 portant désignation des candidats admis à suivre la trentième session nationale « sécurité et justice » (2018-2019) de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice est paru

Arrêté du 26 juillet 2018 portant désignation des candidats admis à suivre la trentième session nationale « sécurité et justice » (2018-2019) de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice

NOR: PRMX1820774A
ELI: Non disponible

Par arrêté du Premier ministre en date du 26 juillet 2018, sont admis à suivre la trentième session nationale « sécurité et justice » (2018-2019) de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice :
Aït Kheddache (Audrey), secrétaire générale de groupe au conseil de Paris ;
Batsch (Laurent), professeur à l'université Paris-Dauphine ;
Bauer (Thierry), colonel, ministère des armées ;
Berno-Cordes (Céline), chef de projet communication, conseil départemental de la Gironde ;
Bertaux (Pierre-Frédéric), directeur de cabinet, Conseil national des activités privées de sécurité ;
Bertrand (Mélanie), journaliste, BFM TV ;
Blanchard (Marie-Thérèse), chef-adjoint de la mission sûreté, EDF ;
Bonnet (Bernard), international travel security manager, Airbus sas ;
Bortolussi (Jean-Marc), adjoint au chef du service d'analyse de risque et ciblage, direction générale des douanes et droits indirects ;
Bouabane (Abdellah), lieutenant-colonel, gendarmerie nationale d'Algérie ;
Boussion (Caroline), administrateur à la direction de la législation et du contrôle, Sénat ;
Buisson (Sandra), journaliste spécialisée, Cnews ;
Bussac (Fanny), magistrat, Ecole nationale de la magistrature ;
Cardonne (Cyrille), directeur sûreté et intelligence économique, Sifaris ;
Chapat (Benjamin), proviseur, académie d'Aix-Marseille ;
Chareyre (Nicolas), magistrat, adjoint du membre national pour la France à Eurojust ;
Charles (Pauline), chargée de mission à la cellule nationale de coordination et d'appui à l'action territoriale du CIPDR ;
Charvet (Hubert), colonel, gendarmerie nationale ;
Chavanon (Nathalie), chargée de mission radicalisation auprès de l'UCLAT ;
Chieze (Guillaume), journaliste police-justice, RTL ;
Chuberre (Eric), colonel, gendarmerie nationale ;
Cornelis (Bruno), directeur-adjoint de la sûreté du groupe Thalès ;
Corron (Julien), directeur du cabinet du maire de Chambéry ;
Darasse (Lionel), chargé d'affaires protection physique, Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives ;
Dartigalongue (Alain), fonctionnaire de sécurité et de défense adjoint, Centre national d'études spatiales ;
Demorgon (François-Sébastien), conseiller sécurité, académie de Créteil ;
Deprecq (Thomas), colonel, gendarmerie nationale ;
Doublet (Yves), commissaire divisionnaire, ministère de l'intérieur ;
Dubreuil (Marion), journaliste, RMC ;
Dudouit (Stéphane), colonel, gendarmerie nationale ;
Dumaz (Jean-Michel), directeur des programmes de sécurité et de défense, pôle de compétitivité Safe Cluster ;
Dupré La Tour (Joseph), colonel, brigade des sapeurs-pompiers de Paris ;
Edon (Samuel-David), directeur sécurité Europe et Moyen-Orient, Sephoras sas ;
Ehrhart (Ludovic), colonel, gendarmerie nationale ;
Faddeoui (Abdelhamid), dirigeant de société, Aetos sécurité privée ;
Fontaine (Stéphanie), journaliste-reporter ;
Fouchard (Pascal), commissaire divisionnaire, ministère de l'intérieur ;
Fourets (Florence), directrice chargée des projets régaliens, Commission nationale de l'informatique et des libertés ;
Frachon (Matthieu), journaliste ;
Francis (Cédric), vice-président, CGI France ;
Franco (Sharone), avocat ;
Gabouleaud (Laurence), ingénieur en chef de l'armement, ministère des armées ;
Gardanne (Claude), directeur interrégional adjoint, direction de la protection judiciaire de la jeunesse ;
Gaspari (Louis-Mathieu), colonel, gendarmerie nationale ;
Gotchaux (Delphine), grand reporter police-justice, Radio France ;
Grassegger (Céline), commissaire divisionnaire, ministère de l'intérieur ;
Gravel (Christian), préfet, ministère de l'intérieur ;
Grimault (Isabelle), sous-directrice de l'enfance et de la famille, ministère des affaires sociales et de la santé ;
Guillemette (Christophe), capitaine de frégate, secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale ;
Helluy (Bruno), colonel, ministère des armées ;
Kokoreff (Catherine), consultante en stratégie, Product Managers Consulting ;
Lanata (Laurence), directrice des missions éducatives, direction de la protection judiciaire de la jeunesse ;
Larroque (Christian), ingénieur, chef de section, ministère des armées ;
Laumann (François), responsable de cellule, Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs ;
Le Callennec (Isabelle), chargé de mission sécurité, cohésion sociale, Action logement ;
Le Gorgeu (Bertrand), directeur commercial, Ekinops ;
Legrand (Salomé), reporteur police-justice, Europe 1 ;
Le Grip (Constance), députée, vice-présidente de la commission des affaires culturelles, Aassemblée nationale ;
Lestel (Ludovic), conseiller juridique, secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale ;
Levy (Joseph), président directeur général, ITQ group ;
Ludovicy (Léon), premier commissaire divisionnaire, police grand ducale, Luxembourg ;
Maire (Alex), directeur de la sûreté, CSD et associés ;
Manciot (Thierry), responsable cybersécurité affaires industrielles, Sanofi-Aventis-Groupe ;
Martel (Catherine), ingénieur en chef, police technique et scientifique ;
Martins (Marie-Rolande), directrice fonctionnelle des services pénitentiaires d'insertion et de probation, ministère de la justice ;
Matoua-David (Jessica), présidente fondatrice, Fargo consulting ;
Mercier (Pascal), directeur prévention et sécurité publique, agglomération Pau-Pyrénées ;
Merouche (Mounir), lieutenant-colonel, gendarmerie nationale d'Algérie ;
Miziniak (Philippe), commissaire divisionnaire, ministère de l'intérieur ;
Monin (Frédéric), colonel, gendarmerie nationale ;
Morcrette (Julien), gardien de la paix, chargé de mission auprès d'une organisation syndicale ;
Nauret (Denis), colonel, gendarmerie nationale ;
Netter (Agnès), secrétaire générale du conseil scientifique sur les processus de radicalisation ;
Pacaud (Stéphane), sous-directeur, Caisse nationale d'allocations familiales ;
Pellegrin (Robert), capitaine de vaisseau, ministère des armées ;
Perales Romeo (Cyrille), directeur unique de la sécurité, SAE POPB ;
Perea (Jean-Michel), commissaire en chef de 1re classe, ministère des armées ;
Perruche (Marie-Agnès), avocate ;
Place (Sandrine), dirigeante, agence Rep-Publica ;
Poucel (Loïc), délégué à l'accueil et à la sécurité des personnes et des biens, Radio France ;
Prat (Nicolas), médecin-chercheur, ministère des armées ;
Prigent (Guillaume), directeur adjoint du cabinet, Conseil national des activités privées de sécurité ;
Rahmani (Didier), colonel, conseiller sécurité intérieure, direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises ;
Rault (Philippe), directeur-adjoint, direction de la protection des populations de Seine-Saint-Denis ;
Roisin (Angèle), chargée de mission adjointe, direction de la protection judiciaire de la jeunesse ;
Samba-Sambeligue (Armand), avocat ;
Sciacaluga (Jean-Louis) ; conseiller maître, Cour des comptes ;
Skoric (Sylvia), conseillère en charge de la défense et de la sécurité intérieure, Assemblée nationale ;
Srecki (Richard), commissaire divisionnaire, ministère de l'intérieur ;
Thieblemont (Edouard), chef de bureau, direction de la protection judiciaire de la jeunesse ;
Trohel (Guillaume), colonel, ministère des armées ;
Vallette (François), directeur, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire ;
Vasquez (Emilie), responsable sûreté et sécurité, Osica, CDC habitat ;
Vaur (Emmanuel), adjoint de département, ministère de l'économie et des finances ;
Wierzba (Stéphane), commissaire divisionnaire, ministère de l'intérieur.

La Lettre d'information du Chef d'état-major de l'armée de Terre




Bandeau PRAT 2018
Lettre du CEMAT Au contact n° 41
Pôle rayonnement de l'armée de Terre
Centre de doctrine et d'enseignement du commandement
École militaire - 1, place Joffre - 75007 Paris - 01.44.42.57.95
Conformément à l'article 34 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de modification aux informations vous concernant auprès du Pôle rayonnement de l'armée de Terre. A ce titre, nous tenons à vous informer que vos données personnelles sont enregistrées dans un fichier privé et sécurisé, et destinées uniquement à l'envoi de nos communications.
Par ailleurs, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018. Afin d'être en conformité avec celui-ci, il convient de nous assurer de votre consentement à recevoir nos informations sur nos parutions et nos actualités. Si vous souhaitez continuer à les recevoir, aucune démarche n'est à entreprendre. Si vous souhaitez ne plus recevoir d’informations de notre part, CLIQUEZ ICI.
Merci de penser à l'environnement avant d'imprimer ce message.

vendredi 27 juillet 2018

Parution prochaine du numéro de Défense de juillet-août 2018, consacré à la laïcité dans le monde de la défense.



Depuis plusieurs mois, la rédaction a réfléchi  à ce numéro d'été sur un thème peu abordé avec cette ampleur, et avec toute la pédagogie qui nous a semblé nécessaire et la neutralité qui s'attache à notre organisation associative.
On y trouvera notamment les trois axes qui caractérisent notre ligne éditoriale depuis 2 ans : la vision internationale, le lien avec le monde de la recherche (en l'occurrence histoire, sociologie, philosophie, science politique) et les aspects culturels (littérature, cinéma, interview culturelle) qui aident à appréhender la complexité.

Des personnalités exceptionnelles, réunies ici, ont ainsi accepté de partager avec nous  leurs repères et leurs éléments de discernement, dans ce numéro qui se propose de marquer une vraie étape sur un grand sujet d'actualité, sous l'angle de la défense.

Si la couverture rappelle les gerbes que l'on dépose pour honorer et faire mémoire, ces fleurs-là continuent aussi à croître dans le même terreau et ce sont précisément leurs différences qui génèrent la beauté de l'ensemble. L'actualité sportive nous le rappelle aussi.
Puisse cette image refléter notre organisation associative, que nous souhaitons contribuer ainsi à promouvoir, sous cet aspect exemplaire qui nous touche individuellement et collectivement !

L'ensemble de la rédaction vous souhaite un très bel été et vous remercie encore de nous lire et de nous faire connaître.

mercredi 25 juillet 2018

FORUM annuel des études de l'Union-IHEDN : réservez la date

Le Parlement européen de Strasbourg nous ouvrira ses portes pour le Forum des études annuel vendredi 9 novembre 2018.

Avec le soutien de la délégation générale de l'Union, le Forum est organisé cette année par l'AR 22 Alsace et son contenu est coordonné par Walter Bruyère-Ostells, à partir des contributions des différentes associations.

Les modalités précises (programme, questions pratiques) vous seront communiquées au début du mois de septembre.