samedi 30 avril 2016

Influence : nouvelle analyse

Fabricants d'intox et manipulateurs
dans la guerre mondiale de l'information :
le décryptage de Christian Harbulot


"L'information (vraie ou fausse) est une arme parfois plus efficace que le fusil, la diplomatie, la justice ou la loi." Malheureusement, constate Christian Harbulot en ouverture de son dernier livre, Fabricants d'intox - La guerre mondialisée des propagandes (Lemieux éditeur, 2016), à la différence de ce que l'on observe dans le monde anglo-saxon, en Chine, en Russie ou en Israël, "une telle évidence n'entre pas dans le champ de vision de nos élites"...
Dans l'entretien publié ici, Christian Harbulot plaide pour un retour au réalisme. Directeur de l'Ecole de guerre économique, pionnier de l'intelligence économique dont il est un des meilleurs spécialistes, ayant beaucoup publié et travaillé concrètement sur ces questions, il nous montre comment démonter les manœuvres de désinformation et de manipulation qui nous assaillent et nous ruinent, tant sur le plan diplomatique que dans la guerre économique. Alors, que faire ? Peut-être réapprendre avec lui l'art des opérations d'influence...

A lire dans la dernière lettre "Communication & Influence" ici.

jeudi 28 avril 2016

Tout savoir sur les drones civils


Longtemps réservés à des fins militaires, les drones séduisent aujourd’hui l’industrie par leurs nombreuses applications : photo­graphie et vidéo aériennes, inspection d’ouvrages, surveillance, dépose d’objets, relevés topographiques, épandage... Grâce à une réglementation assouplie, ils intéressent également un public grandissant d’amateurs passionnés. Richement illustré et accessi­ble à tous, cet ouvrage vous apprendra tout sur les drones civils : comment volent-ils ? Pourquoi autant de formes différentes ? Est-ce facile à télépiloter ? Faut-il un brevet ? Comment fabriquer son propre drone ? S’adressant aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers, il vous poussera certainement à endosser les habits de télépilote... Info éditeur ici.

mercredi 27 avril 2016

"INNOVER POUR UN MONDE PLUS SÛR" : le Forum TAC c'est demain, à Lyon

"INNOVER POUR UN MONDE PLUS SÛR"
La 2eme édition du forum TAC, Technology Against Crime
LYONles 28 et 29 avril 2016
www.forum-tac.com

Quelques intervenants et rendez-vous :
Jeudi 28 avril, 17h Amphitéâtre Pasteur - Plénière d'ouverture - Innover pour un monde plus sûr :
Bernard CAZENEUVEMinistre de l'Intérieur
Mireille BALLESTRAZZIPrésidente du CE INTERPOL, Directrice Centrale de la Police Nationale
Gérard COLLOMBPrésident de la Métropole de Lyon
Alain JUILLETPrésident du Forum TAC, Président de FITS
Jeudi 28 avril, 14h30 Rhône 1 - IT Forensics et biométrie :
Matthew SIMONIGCI \ IDCC \ DFL INTERPOL
Rhône 2 - Protéger les systèmes de transport intelligents :
Colonel Franck MARESCALChef de l'Observatoire Central des Systèmes de Transport Intelligents 
Vendredi 29 avril, 11h30 Amphitéâtre Pasteur - Intégrité des données financières
Corinne BERTOUXCommissaire Divisionnaire
Directrice de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière
Vendredi 29 avril, 14h Amphitéâtre Pasteur - Contre-Terrorisme
Colonel Hubert BONNEAUGIGN
Jean-Louis BRUGUIÈREAncien juge antiterroriste
Jean-Louis FIAMENGHDirecteur de la sécurité de VEOLIA - ex-patron du RAID
Jeudi 28 avril, 9h-12h30 Forum 1 - Forum Innovation, démonstrations, networking
Le Forum international TAC, Technology Against Crime répond à deux grands enjeux :
1/ Anticiper les menaces et répondre aux grands enjeux de sécurité 2/ Identifier et mettre en lumière les solutions de demain
Organisé autour de 3 menaces : cyber – crime organisé – terrorismeet de 3 solutions : l’innovation technologique – la coopération public/privé – 
la coordination internationale.

Le Forum TAC met en relation les besoins des donneurs d’ordres publics et privés et les solutions proposées par les entreprises et crée ainsi un dialogue de haut niveau axé sur la performance et l’innovation en matière de sécurité. Un événement au format unique qui associe des rendez-vous d’affaires, un Forum Innovation, des démonstrations, un espace networking, des cas pratiques et des interventions de haut niveau.
Les chiffres clé à J-2 : 350 préinscrits, 37 pays représentés, 35% de participants hors-France, plus de 40% d'entreprises.
Les PME les plus innovantes répondent présents sur l'espace networking, le showroom Innovation du Cluster EDEN, le pavillon AN2V.
Sur l'espace démonstration, la société SYSTRAN présentera ses outils de traduction ultra-performants dédiés aux organismes de défense et de sécurité. La Start-up CACTUS ROAD fera la démonstration de ses herses routières révolutionnaires. 
Le Forum TAC se déroule dans la continuité de la Conférence Annuelle des Chefs de BCN Interpol (26/27 Avril 2016 à Lyon). Les délégations des 190 pays membres Interpol pourront ainsi enchaîner la conférence et le Forum TAC : ces deux événements successifs feront de cette semaine d’avril « LA semaine internationale de la sécurité à Lyon ». La Métropole, qui avait accueilli la première édition du Forum TAC en 2013, regroupe un grand nombre d'acteurs-clé du monde de la sécurité : industries, PME, pôles de compétitivité, établissements d’enseignement supérieur... et le siège d’Interpol.

La lettre du CEMAT « Au Contact » est parue

La lettre du général d’armée Jean-Pierre BOSSER, chef d’état-major de l’armée de Terre, du mois d’avril 2016 est sortie.

Parmi l’actualité de l’armée de Terre, Eurosatory , salon international de Défense et de Sécurité, est l’occasion de découvrir les équipements terrestres et aéroterrestres. Le général d’armée Jean-Pierre BOSSER y prononcera une grande conférence, le 15 juin prochain, aux côtés de chefs d’état-major des armées de Terre de pays amis de la France.
(à suivre)

Elle est à lire ici.


mardi 26 avril 2016

Conférence du général DESPORTES sur la défense : "La Dernière Bataille de France..." le 23 mars dernier : un compte-rendu



A l’initiative de la délégation ASAF du Rhône avec le soutien de l’association des auditeurs IHEDN-Région lyonnaise, était organisée à Sciences Po Lyon, le 23 mars 2016, une conférence-débats sur le thème :
LA FRANCE ET SA DÉFENSE NATIONALE FACE AUX MULTIPLES ENJEUX

animée par le Général de division (2s) Vincent Desportes expert Défense de renommée internationale.
L’assistance était dense. Trois cents personnes garnissaient en effet l’amphithéâtre, parmi lesquelles des étudiants. Monsieur Christian Laroche, Président des étudiants de Sciences Po, en ouvrant la conférence, n’a pas manqué de le souligner en notant que cet amphi avait rarement été aussi garni.
Roland Minodier, délégué ASAF du Rhône, et le Général Henri Pinard Legry, président de l’ASAF sont intervenus ensuite et ce dernier, après avoir souligné le caractère apolitique de l’ASAF, a présenté le Conférencier, avant de lui donner la parole.


La conférence a permis au général Desportes de dire clairement sa vérité sur les Armées, au-delà des discours traditionnels qui la voilent bien souvent. Nombreux, dans l’assistance l’ont découverte, même si beaucoup la subodorait.
En l’organisant, la délégation ASAF du Rhône a ainsi contribué à la satisfaction de l’intime souhait du conférencier qui vise à faire connaître la réalité de nos forces au plus grand monde et à diffuser des idées essentielles pour la sécurité actuelle et future de nos concitoyens.

Ce fût l’occasion de satisfaire le besoin ressenti par une grande partie des personnes du département du Rhône ayant une bonne opinion des armées (87% selon un sondage de l’IFOP) s’estimant mal informés sur les questions de Défense.
C’est dans un langage clair, avec dynamisme et une force de conviction certaine que le général Desportes a développé sa présentation et a passionné un auditoire
Dès le début de la conférence, il a félicité les personnes présentes et les a remerciées en soulignant qu’il appartenait aux citoyens d’exiger le renforcement de nos moyens de Défense, puis il a développé son sujet.


La partie de l’introduction de son ouvrage récent, LA DERNIERE BATAILLE DE FRANCE, lettre aux Français qui croient être défendus, reproduit ci-dessous en italique, illustre mieux ses propos et son esprit que ne le ferait un compte rendu détaillé.

« Je crois en la France et je sais qu’elle mérite d’être défendue.
Depuis des décennies, au mépris de la réalité du monde et de ses menaces, l’Etat laisse nos Armées se dégrader au point qu’elles sont désormais Depuis trop longtemps, la politique de Défense est l’enfant pauvre des politiques publiques, toujours la première victime des difficultés budgétaires. Sous l’effet de logiques mortifères extérieures à leurs propres finalités les Armées perdent année après année des pans entiers de capacités. Au-delà des batailles qu’elles savent encore gagner, elles deviennent incapables de « gagner des guerres », c'est-à- dire de produire dans la durée les résultats stratégiques et politiques que la France attend.
Français vous devez le savoir, les discours que l’on vous tient sont faux : vos Armées ne sont plus à la hauteur des enjeux actuels de sécurité. Vous n’êtes plus défendus.

Les décisions prises récemment pour ralentir la dégradation de l’institution militaire vont dans le bon sens et doivent être saluées. Mais relevant beaucoup de l’effet de manche, mal assurées dans l’avenir, elles ne remédient pas aux effets d’un quart de siècle d’affaiblissement des moyens militaires. Elles doivent être consolidées et fermement complétées par un effort national à la mesure des périls et de ce siècle. Le cap de redressement doit être maintenu dans la durée, courageusement, par un Etat assumant ses responsabilités devant la Nation et devant l’histoire.
La Défense n’est pas une affaire d’Etat : elle est l’affaire des citoyens. »





lundi 25 avril 2016

Rappel : Conférence ce mercredi de Luc Mary dans le cadre du cycle sur la Première Guerre mondiale

" Méconnues mais pourtant déterminantes, les opérations maritimes pendant la Grande Guerre ont sensiblement modifié les objectifs stratégiques des différents états-majors. Loin d’être le parent pauvre de 14-18, la confrontation navale entre les deux blocs d’alliance, principalement entre la Royal Navy et la Flotte impériale allemande, s’est déroulée sur tous les océans et toutes les mers du Globe. Des torpillages en série aux multiples débarquements, en passant par les batailles navales à proprement parler, pas moins de 128 faits de guerre sont à mentionner. Plus encore, à compter de l’année 1917, la guerre sous-marine, qui peut être qualifiée de véritable révolution stratégique, a radicalement changé la nature du conflit et précipité les Etats-Unis dans le conflit européen. En d’autres termes, sans la dimension maritime, la dite « der des der » aurait pu aboutir à un tout autre résultat… "

Pour en savoir plus, nous avons invité :

M. Luc MARY
Historien

qui traitera le thème :

La Grande Guerre sur la mer et sous les mers

le mercredi 27 avril 2016 à 12h15 (accueil à 12h)
 au cercle mixte du Quartier Général Frère (salon jaune) - 22 avenue Leclerc 69007 Lyon

Si vous n'êtes pas déjà inscrit, faites-le au plus vite ci-contre à gauche.

dimanche 24 avril 2016

La réalité des faits-divers : un témoignage au plus près du vécu.

Publication aux éditions LGO d'un recueil de nouvelles écrites par Ludovic DAIM, auditeur de la "Henri Dunant", journaliste, à partir de son passé de faits-diversier et de chroniqueur judiciaire. 


jeudi 21 avril 2016

Une consultation largement diffusée sur la Sécurité de l'Europe

Participez au Security Jam du 25 au 28 avril 2016 et prenez ainsi votre part dans la réflexion menée par l’UE dans le cadre de sa nouvelle Stratégie sur la sécurité et la politique étrangère et par l’OTAN en vue de son sommet de Varsovie qui se tiendra en juillet prochain.


Que vous soyez experts des questions de sécurité, des droits de l’homme, du développement, que vous soyez membre d’un gouvernement, d’une organisation internationale, d’une ONG, d’une université, d’un média, venez confronter vos points de vue avec des milliers d’autres internautes et proposer des solutions innovantes pour répondre aux défis de sécurité globale.

Vos recommandations sur les 6 thèmes suivants seront partagées avec les grands décideurs politiques et les experts du monde entier :

Ø Thème 1: Strategic foresight and earlier-warning
Ø Thème 2 : Global partnerships for conflict prevention
Ø Thème 3: A regional security architecture for the Middle East
Ø Thème 4: Foreign military engagement 2025
Ø Thème 5: Policing 2025: new strategies against transnational crime
Ø Thème 6: Answers to radicalisation and violent extremism

A partir de vos propositions, les modérateurs élaboreront 10 recommandations par thème.

Pour participer à cette initiative, il vous suffit de suivre ce lien et de vous inscrire ou de vous connectez à notre site internet www.defense.gouv.fr/irsem dès maintenant.

mercredi 20 avril 2016

Une nouvelle note de réflexion sur le djihadisme africain

Le Cabinet d’Expertise Stratégique (CES) a choisi de publier une série d’études de cas “grand public” permettant de mieux comprendre le « djihadisme africain » afin de tenter de l’éradiquer. La première étude est à lire dans le document ci-joint : un éclairage sur la situation régionale avec le cas Boko Haram, qui s’apparente davantage à une secte plutôt qu’à une organisation terroriste structurée.
L’édito est signé par le Général Philippe STEININGER, Secrétaire Général Adjoint du Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale.


 
(NdLR : le nom "Boko Haram" vient d'une déformation du mot "book" en pidjin et signifie donc "livre()s prohibés/infidèles". Tout un programme...)

mardi 19 avril 2016

La lettre "Communication & influence" est parue

Mars 2016 : Manœuvres d’influence grises et noires contre l’Iran et la Syrie : le décryptage de Frédéric Pichon

Publié le 7 avril 2016 par Bruno Racouchot
Arabisant, docteur en histoire contemporaine, chercheur, Frédéric Pichon est un fin connaisseur des arcanes du Proche-Orient, où il a vécu et enseigné. Universitaire, il est aussi un homme de terrain, qui aime se confronter aux réalités. A contre-courant du mainstream dans les dossiers iranien et syrien, Frédéric Pichon vient de publier Syrie, pourquoi l’Occident s’est trompé (Editions du Rocher, réédition janvier 2016). Une analyse impitoyable de nos échecs qui explique notre perte d’influence dans ce contexte géopolitique si complexe.
Dans l’entretien qu’il m’a accordé, Frédéric Pichon décortique les process de manipulation, de désinformation et d’intoxication mis en œuvre à l’endroit de l’Iran et surtout de la Syrie. Sans porter un jugement de valeur sur le fond, il s’agit ici de mettre en relief l’articulation des outils du hard et dusoft power dans des configurations à hauts risques. Et comprendre ce qui advient quand l’idéologie s’évertue à nier la réalité.

lundi 18 avril 2016

Camaraderie transalpine ...

L'Union des Artilleurs du Lyonnais et de la Région a accueilli du 1er au 3 avril 2016 à Lyon ses amis artilleurs italiens.



Veuillez trouver ici la "Newsletter" U.A.L.R. édition spéciale centrée sur cet événement finalisé par un accord de jumelage, signé au cercle Bellecour au Quartier Général Frère.

dimanche 17 avril 2016

Dans quinze jours : le forum TAC des technologies de sécurité, à Lyon, ouvert par Bernard Cazeneuve, Ministre de l'Intérieur

28 & 29 April in Lyon - INNOVATING FOR A SAFER WORLD




  • GICAT: new sponsor of the TAC Forum!
  • Innovation at the heart of the event! The french cluster EDEN gather the 10 most innovative companies on the event. Meet Elystair, Merio, Novadem ... within the Innovation Showroom during 2 days dedicated to solutions and innovation.
  • The french Minister of the Interior, M. Bernard Cazeneuve, confirm his participation and will launch the 2nd edition of the event during the official opening session on April 28th
  • Report of 8 european think-tank: New threats : new solutionsEuropean research centers have agreed to share their thoughts on Security and Technology: What are the evolving threats in their country? Know more
  • 2 round-tables dedicated to the protection of intelligent systems of transportationAircrafts: AIRBUS, DGAC, BiovinasVehicles: French Central Observatory for Intelligent Transportation System, Technological Research Institute SystemX, ENISA: European Union Agency for Network and Information Security
  • Experts from EDF and the Gendarmerie Nationale choose the TAC Forum to talk about the security of sensitive sites 
    Know more
  • Counter-terrorism: a key-topic inside an event dedicated to a safer world
    Confirmed speakers from RAID and GIGN, Jean-Louis Bruguière (Ex Judge counter-terrorism) …

Register now

exposition « Parcours de Harkis et de leurs familles »

Nous vous prions de trouver ci-joint une invitation pour le vernissage de
l’exposition « Parcours de Harkis et de leurs familles »
qui aura lieu le mercredi 20 avril à 18h30
dans l’Atrium de la Liberté de la Mairie du 8ème arrondissement.


1916, LA BATAILLE DE VERDUN ET BERLIET


Quand l’orage d’acier s’abat sur Verdun, le 21 février 1916 à l’aube, la guerre dure depuis un an et demi. L’expérience de la bataille de la Marne, de la course à la mer a montré l’importance des transports motorisés. Le 15 octobre 1914, une instruction provisoire au sujet des transports de troupes en automobiles est publiée. Grâce à l’augmentation du parc de véhicules, à l’organisation des ateliers et aux progrès réalisés dans la doctrine d’emploi, le camion est devenu un remarquable outil militaire.

Les seules chances de résistance à Verdun dépendent des possibilités d’acheminement sur le front de renforts de troupes, matériels et munitions. Or, le chemin de fer à voie normale est coupé depuis le début des hostilités, l’autre à voie étroite « le Petit Meusien » offre un débit de 800 tonnes par jour alors qu’il faut une capacité de transport au moins dix fois supérieure. Reste l’unique route qui ne soit pas coupée, la départementale de Bar-le-Duc à Verdun, de 67 km, étroite – 7 mètres de large –  d’un tracé sinueux et médiocrement  empierrée. C’est de cette chaussée que va dépendre l’issue de la bataille.
(Lire la suite ici)

... Et quelques belles images de la fondation Berliet là.

Quant au char Renault FT17, sachez tout en regardant ce diaporama.

samedi 16 avril 2016

La Lettre des entreprises partenaires de la défense est sortie

Le commandant de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) invité de la Lettre Entreprises & Défense


Le général Philippe Boutinaud, commandant de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, est l'invité du nouveau numéro d'Entreprises & Défense, la Lettre trimestrielle de l'Association des entreprises partenaires de la Défense.
Au sommaire également de ce numéro :
  • Les lauréats du « Prix de la reconversion des militaires » Edition 2015.
  • La réserve opérationnelle en quelques chiffres.
Pour télécharger ce numéro d'Entreprises & Défense :

vendredi 15 avril 2016

Nouvelles des Forces

L'actualité des Forces françaises est à découvrir là.



L'allocution à la force Sangaris de M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense : à lire intégralement ici.


jeudi 14 avril 2016

Terrorisme : faut-il armer certains agents de sécurité ?


01/04/2016  par Jean-Jacques RICHARD / HAXXOM

armer certains agents de sécuritéLe 19 novembre 2015, soit six jours après les terribles évènements qui ont ensanglanté Paris, le collège du CNAPS demandait « la création d’un métier d’agents de surveillance renforcée », agents qui auraient pour mission d’assurer la protection des « lieux particulièrement exposés ». Ces agents de sécurité d’un nouveau type pourraient, dans des conditions comparables à celles des transporteurs de fonds, être armés.

« Des lieux particulièrement exposés »

Avant de nous poser la question de l’opportunité ou non d’équiper des agents de sécurité d’une arme de poing, je pense qu’il est intéressant de nous arrêter sur le sens « de lieux particulièrement exposés ».
S’il y a encore quelques mois, il était possible d’identifier avec plus ou moins de précision un « lieu particulièrement exposé », cet exercice est aujourd’hui devenu totalement impossible, et ce pour plusieurs raisons.
La toute première des raisons est que les cibles « symboliques » n’existent plus en tant que telles. En effet, comme toute personne dotée d’un minimum d’intelligence, les terroristes chercheront à éviter les lieux ou zones tout particulièrement protégés. Selon moi, la force du symbole est plus dans la façon d’opérer et dans le traumatisme qui sera infligé que dans la cible elle-même.
La seconde raison est que les terroristes djihadistes sont capables de nous frapper n’importe où, et ce sans la moindre dose d’humanité qui pourrait nous laisser raisonnablement penser que tels lieux ou telles catégories de personnes ne seront pas visés.
La troisième raison est qu’il est très probable que dans leurs prochaines actions les terroristes chercheront, comme cela a été en partie le cas le 13 novembre 2015, à être les plus mobiles possible, passant d’une zone à une autre avec beaucoup de rapidité et donc de mobilité. De plus, ils pourront parallèlement chercher à prendre le contrôle de grands espaces clos afin de tenter de désorganiser au maximum les forces d’intervention.
La quatrième raison est que tout rassemblement tel que des manifestations, des hommages, des fils d’attentes sont devenus autant de lieux/zones particulièrement exposés. À ce titre, le déplacement de membres du gouvernement dans les minutes/les heures qui suivent un attentat est de la pure folie pour des raisons que vous n’aurez nulle difficulté à comprendre.
La cinquième raison est qu’il est plus que vraisemblable que les terroristes nous surprendront encore par leur brutalité, mais aussi par leur « sens tactique ».
Vous aurez compris que définir aujourd’hui un « lieu particulièrement exposé » est devenu quasiment impossible, car, depuis quelques mois, la France est devenue sur l’ensemble de son territoire « un lieu particulièrement exposé ».
Le 12 novembre 2015, le Bataclan n’avait pas été considéré comme un lieu sensible par les autorités, alors même que ce lieu avait fait l’objet de menaces. Il en était de même pour le restaurant Le Petit Cambodge, le bistrot Le Carillon, la brasserie La Bonne Bière, le bar La Belle Équipe ou bien encore le bistrot-restaurantComptoir VoltaireSeul le Stade de France faisait partie des sites sensibles, ce qui n’a pas empêché que trois terroristes se fassent exploser, scellant ainsi les toutes premières attaques kamikazes en France.

Antiterrorisme et sécurité privée

Dans la « guerre » que nous menons contre le terrorisme et que nous aurons à mener encore pendant de très longues années, il ne fait absolument aucun doute que seuls les services étatiques doivent être aux commandes. La moindre forme de privatisation de cette mission régalienne serait une grossière erreur.
Dans ce contexte, il ne faut toutefois pas confondre lutte antiterroriste et prévention et protection. S’il appartient bien à l’État de lutter contre le terrorisme et de nous protéger contre toutes les formes d’actions malveillantes, il sera totalement impossible à l’État de mettre des fonctionnaires de police, des gendarmes ou des militaires devant chaque bar, salle de spectacles, centre commercial, supérette, etc., tous ces lieux qui sont devenus du fait de la menace des « lieux particulièrement exposés ».
Face à la menace que nous connaissons aujourd’hui, la seule présence d’un ou de plusieurs agents de sécurité ne peut en aucun cas constituer un obstacle pour des terroristes déterminés, et ce quels que soient le niveau de formation ou les équipements à disposition des agents.

Pourquoi faut-il armer certains agents de sécurité ?

Dire que les risques auxquels ont à faire face les agents de sécurité dans des lieux recevant du public ou dans des entreprises/sites « sensibles » ont évolué est juste un euphémisme. En effet, s’il s’agissait il y a peu pour un agent de sécurité d’être vigilant, de gérer des flux de personnes, de marchandises, de véhicules, de gérer des situations conflictuelles, d’obtempérer en cas de vol à main armée et d’alerter les forces de l’ordre en cas de difficulté, la situation a aujourd’hui fondamentalement changé.
Si les missions ci-dessus sont toujours d’actualité, les agents de sécurité en ce moment en poste devront potentiellement faire face à des tueurs armés et décidés à faire le plus grand nombre de victimes possible en un minimum de temps, ce qui change considérablement les paramètres du problème. Outre une vigilance accrue afin de détecter les moindres signaux faibles, ces agents de sécurité devront être capables de se protéger et de protéger autrui en cas d’urgence absolue.
Les arguments des détracteurs concernant la mise en œuvre d’une telle mesure sont divers et variés, allant du fait que des agents de sécurité ne constituent pas un maillon essentiel dans la lutte antiterroriste, aux questions de coûts ou de responsabilités pour les donneurs d’ordre ou bien encore aux problématiques de recrutement et de formation. Il ne fait nul doute que ces arguments et d’autres ne peuvent qu’être entendus et traités avec la plus grande attention. Néanmoins, il ne fait aussi nul doute que le métier d’agent de sécurité va profondément changer dans les mois et les années à venir pour répondre à une menace on ne peut plus concrète et effrayante.
Face à la violence des braqueurs de fourgons blindés, le législateur a décidé, voilà plusieurs dizaines d’années maintenant, d’armer les agents de sécurité en charge du transport de ces valeurs. Ce que je puis dire avec certitude, c’est qu’il y aura dans les années à venir moins d’attaques de fourgons blindés et de victimes de ces attaques qu’il n’y aura d’attentats en France et en Europe.

Répondre au niveau de la menace

Lorsqu’une nouvelle menace (tuerie de masse) apparaît, le moins que l’on puisse faire est d’apporter une réponse qui puisse tendre à une certaine forme de proportionnalité. Dans le cas contraire, nous aurons de vrais problèmes sur les plans tactiques, mais aussi éthiques, vis-à-vis de ces agents de sécurité qui sont en première ligne.
Alors, oui, un 357 magnum ou un 9 millimètres n’ont pas des puissances de feu comparables à un AK 47. Mais, il n’empêche que ce type d’armes entre des mains expertes peut permettre de « fixer » une situation et donc sauver des vies.
Face à des terroristes sanguinaires, chaque seconde, chaque minute aura son importance si nous intégrons le fait qu’un AK 47 a une puissance de feu de 600 coups par minute et que le temps moyen d’intervention des forces de l’ordre (primo-intervenants) est hypothétiquement entre 5 et 10 minutes dans une grande ville.
Alors, oui, il va falloir que les sociétés de sécurité s’adaptent et que les donneurs d’ordre assument totalement leur niveau de responsabilité. Oui, il va falloir armer certains agents de sécurité, agents qui devront être parfaitement recrutés, formés et encadrés. Oui, le seul armement de certains agents de sécurité ne constituera qu’une composante de la chaîne en matière de sécurité privée. Oui, des agents de sécurité armés devraient occuper des postes statiques sur des sites sensibles en lieu et place des forces du ministère de l’Intérieur ou des militaires afin que ces femmes et hommes puissent être déployés différemment (renseignement, filatures, analyses, patrouilles en civil, etc.). Oui, certains agents de protection rapprochée en charge de la protection de personnalités « sensibles » devraient être armés, comme cela est le cas dans d’autres pays européens.
Nous pourrons toujours avoir de longs débats politiciens ou philosophiques entre les pour et les contre, parler de privatisation de la sécurité publique, avancer et reculer, etc. Toutefois, nous allons devoir agir vite et avec sérénité et efficacité pour répondre aux terribles menaces qui planent. Il ne s’agit plus d’être pessimiste ou optimiste, car il ne s’agit en tout état de cause que de regarder en face une réalité bien sombre.
Enfin, il nous sera impossible de gagner cette « guerre » contre la terreur, quelle que soit son intensité, si l’État ne s’appuie pas sur l’ensemble des forces vives de la Nation. En l’espèce, les sociétés de sécurité constituent une de ces forces vives qui ont selon moi un rôle très important à jouer.
Mais, plus généralement, nous tous qui aimons notre pays et les valeurs de notre République avons un rôle à jouer. Nous sommes tous des maillons de cette chaîne pour lutter contre le terrorisme au travers de notre vigilance, de notre résilience et de notre volonté de défendre à tout prix nos libertés.

mercredi 13 avril 2016

La nouvelles arme américaine: des soldats à l’intelligence augmentée


 

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), qui planche sur les guerres de demain et d’après-demain, avec des projets dignes des meilleures séries de science-fiction: rayons laser, robots militarisés, etc, travaille également sur un projet visant à produire…des soldats plus intelligents.
La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), ou, en français, « Agence pour les projets de recherche avancée de défense », est une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire.
Elle a été à l’origine du développement de nombreuses technologies qui ont eu des conséquences considérables dans le monde entier, dont notamment les réseaux
Aujourd’hui, la DARPA cherche à mettre au point un dispositif permettant d’améliorer la capacité d’apprentissage du cerveau humain en se servant de la neuroplasticité du cerveau. Cette propriété, la neuroplasticité, permet au cerveau d’évoluer grâce à l’expérience acquise et de rétablir les connexions entre neurones perdus suite à une maladie ou un traumatisme.
Le nouveau programme de l’agence de recherche militaire, appelé Targeted Neuroplasticity Training (TNT), cherche à faire avancer le rythme et l’efficacité d’un type spécifique de capacités cognitives par l’activation précise des nerfs périphériques qui peuvent à leur tour promouvoir et renforcer les connexions neuronales dans le cerveau, explique le centre de recherche militaire américain dans un document.
« Les récentes recherches ont démontré qu’une stimulation légère et indolore de certains nerfs périphériques à travers la peau est capable de rendre plus actives les zones du cerveau responsables de l’apprentissage », indique le directeur du projet, Doug [Douglas] Weber, ajoutant que les signaux peuvent potentiellement déclencher la libération de neurotransmetteurs dans le cerveau qui organisent des connexions neuronales en réponse à des expériences spécifiques.
« Ce processus naturel de la plasticité synaptique est essentielle pour l’apprentissage, mais il y a beaucoup d’inconnu sur les mécanismes physiologiques qui relient la stimulation des nerfs périphériques à l’amélioration de la plasticité et à l’apprentissage », note aussi Weber.
« Vous pouvez penser à la stimulation des nerfs périphériques comme un moyen de rouvrir la fameuse ‘période critique’ lorsque le cerveau est plus souple et davantage capable d’apprendre. La technologie TNT sera conçu pour moduler en toute sécurité et avec précision les nerfs périphériques pour contrôler la plasticité aux points optimaux dans le processus d’apprentissage », explique le directeur du projet TNT
Le programme TNT va ainsi poursuivre le développement d’une plate-forme technologique pour améliorer l’apprentissage d’un large éventail de compétences cognitives, avec pour objectif de réduire le coût et la durée des programmes d’entraînement du Département de la Défense, tout en améliorant les résultats. En cas de succès, TNT pourrait accélérer l’apprentissage et réduire considérablement le temps nécessaire pour former des spécialistes en langues étrangères, des analystes du renseignement, des cryptographes et d’autres experts dont les forces armées américaines ont besoin.
Les entreprises qui pourraient être intéressées à participer au projet sont d’ailleurs invitées à une séance d’information technique le 8 avrildans un hîtel d’Arlington, en Virginie, où est située le siège de la DARPA.
Imaginez, apprendre une langue étrangère avant de partir en mission en un temps record, résoudre enfin ses problèmes de maths qui vous cassaient la tête, produire des analyses brillantes et des rapports lumineux en moins de deux. On ne veut pas faire de jeu de mots facile, mais le projet TNT, c’est de la dynamite. Et sait-on jamais, si la DARPA peut fabriquer des soldats plus intelligents, il est permis d’espérer qu’un jour, elle nous fabriquera peut-être également des politiciens moins bêtes.
Le Pentagone veut booster l’intelligence des soldats. (DARPA/Projet TNT)

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), qui planche sur les guerres de demain et d’après-demain, avec des projets dignes des meilleures séries de science-fiction: rayons laser, robots militarisés, etc, travaille également sur un projet visant à produire…des soldats plus intelligents.
La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), ou, en français, « Agence pour les projets de recherche avancée de défense », est une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire.
Elle a été à l’origine du développement de nombreuses technologies qui ont eu des conséquences considérables dans le monde entier, dont notamment les réseaux
Aujourd’hui, la DARPA cherche à mettre au point un dispositif permettant d’améliorer la capacité d’apprentissage du cerveau humain en se servant de la neuroplasticité du cerveau. Cette propriété, la neuroplasticité, permet au cerveau d’évoluer grâce à l’expérience acquise et de rétablir les connexions entre neurones perdus suite à une maladie ou un traumatisme.
Le nouveau programme de l’agence de recherche militaire, appelé Targeted Neuroplasticity Training (TNT), cherche à faire avancer le rythme et l’efficacité d’un type spécifique de capacités cognitives par l’activation précise des nerfs périphériques qui peuvent à leur tour promouvoir et renforcer les connexions neuronales dans le cerveau, explique le centre de recherche militaire américain dans un document.
« Les récentes recherches ont démontré qu’une stimulation légère et indolore de certains nerfs périphériques à travers la peau est capable de rendre plus actives les zones du cerveau responsables de l’apprentissage », indique le directeur du projet, Doug [Douglas] Weber, ajoutant que les signaux peuvent potentiellement déclencher la libération de neurotransmetteurs dans le cerveau qui organisent des connexions neuronales en réponse à des expériences spécifiques.
« Ce processus naturel de la plasticité synaptique est essentielle pour l’apprentissage, mais il y a beaucoup d’inconnu sur les mécanismes physiologiques qui relient la stimulation des nerfs périphériques à l’amélioration de la plasticité et à l’apprentissage », note aussi Weber.
« Vous pouvez penser à la stimulation des nerfs périphériques comme un moyen de rouvrir la fameuse ‘période critique’ lorsque le cerveau est plus souple et davantage capable d’apprendre. La technologie TNT sera conçu pour moduler en toute sécurité et avec précision les nerfs périphériques pour contrôler la plasticité aux points optimaux dans le processus d’apprentissage », explique le directeur du projet TNT
Le programme TNT va ainsi poursuivre le développement d’une plate-forme technologique pour améliorer l’apprentissage d’un large éventail de compétences cognitives, avec pour objectif de réduire le coût et la durée des programmes d’entraînement du Département de la Défense, tout en améliorant les résultats. En cas de succès, TNT pourrait accélérer l’apprentissage et réduire considérablement le temps nécessaire pour former des spécialistes en langues étrangères, des analystes du renseignement, des cryptographes et d’autres experts dont les forces armées américaines ont besoin.
Les entreprises qui pourraient être intéressées à participer au projet sont d’ailleurs invitées à une séance d’information technique le 8 avril dans un hôtel d’Arlington, en Virginie, où est située le siège de la DARPA.
Imaginez, apprendre une langue étrangère avant de partir en mission en un temps record, résoudre enfin ses problèmes de maths qui vous cassaient la tête, produire des analyses brillantes et des rapports lumineux en moins de deux. On ne veut pas faire de jeu de mots facile, mais le projet TNT, c’est de la dynamite. Et sait-on jamais, si la DARPA peut fabriquer des soldats plus intelligents, il est permis d’espérer qu’un jour, elle nous fabriquera peut-être également des politiciens moins bêtes.

mardi 12 avril 2016

Les actus de l'ECPAD

Voir cet email dans un navigateur
    
Nomination de Roland HUSSON au cabinet de la ministre de la culture et de la communication
NOMINATION 
Roland HUSSON nominé au cabinet de la ministre de la culture et de la communication
 
De Lattre - Leclerc, l'habile et l'audacieux» France5. Coproduction Step-by-step/ECPAD
TÉLÉVISION
«De Lattre - Leclerc, l'habile et l'audacieux» sur France 5. Coproduction Step-by-step/ECPAD
Louis Begot, un  des derniers membres du commando Kieffer est décédé
DÉCÈS
Louis Begot, un  des derniers membres du commando Kieffer est décédé. Hommage en photos.
Le Journal de la Défense 
Rafale, un avion au combat
Agenda
REDIFFUSION TV

«U455, le sous-marin disparu» à 10h33. Coproduction Z/Ecpad
REDIFFUSION TV

«Les Soldats de l’image» à 7h15. Coproduction Ecpad-P6 Productions
 
DIFFUSION TV
 
JDEF «Ebola, le service de santé des armées en première ligne » à 9h50
DIFFUSION TV
 
«Que faisiez-vous en 1989?» à 21h44.
 
DIFFUSION TV

«La cicatrice» sur Toute l’Histoire à 20h45. Coproduction Cinétévé/Ecpad
EXPOSITION

Inauguration de l’exposition
« Habiter le campement»
COMMÉMORATION

Journée du souvenir des victimes de la déportation

 
COMMÉMORATION

L’ANZAC Day
 
Les armées en images
Images d'actualités
Le printemps de la victoire
Le printemps de la victoire 
Portfolio: Centenaire de l’Escadrille Lafayette
Portfolio: Centenaire de l’Escadrille Lafayette
Anniversaire de la libération du camp de concentration de Buchenwald 
Anniversaire de la libération du camp de concentration de Buchenwald 
DVD & Livres
Apocalypse Verdun
Les avions des patrouilles acrobatiques de France vus par le cinéma des armées
Livre : Thomas Geve - Il n'y a pas d'enfants ici
Au coeur de Chine impériale - Carnets de voyage de militaires photographes 1887/1901
► Retrouvez tous nos produits sur boutique.ecpad.fr
Retrouvez nous sur ecpad.fr
Vous êtes un professionnel - Vous souhaitez commander une prestation - 01.49.60.52.50 / 01.49.60.52.38 - Plus d'infos sur prestations.ecpad.fr
© ECPAD 2016 - Tous droits réservés
Vous recevez cet email car vous êtes inscrit à la newsletter ECPAD. Pour cesser  de la recevoir,vous pouvez vous retirer de notre liste de diffusion. Cette communication vous a été envoyée par ECPAD, 2 à 8 route du fort - 94205 Ivry sur Seine cedex - France.