vendredi 30 juin 2017

La délégation régionale ANAJ-IHEDN accueille son nouveau Délégué


Ryan HIGLEY prend les fonctions de Délégué de l’ANAJ-IHEDN en Région lyonnaise, après une période riche et foisonnante durant laquelle Sarah DUMONT a assumé cette mission avec énergie et constance. Mille mercis à Sarah pour son implication et sa très fidèle collaboration avec notre AR, et nous lui souhaitons des vents favorables pour voguer vers ses nouvelles missions, encore plus opérationnelles.
Une réunion informelle officialisait cette passation du Témoin il y a quelques jours.
Ryan HIGLEY a suivi le 90e Séminaire-Jeunes – IDF en 2015. Professionnel de l'intelligence stratégique, il saura sans nul doute insuffler une dynamique puissante à l'association des audites-jeunes de la région.


contacts :
http://www.anaj-ihedn.org/tag/lyon/
region-lyonnaise@anaj-ihedn.org

jeudi 29 juin 2017

Signature d’une convention cadre de coopération entre les Armées, le Rectorat, l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN) et la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF)

En présence de Mme Moulin- Civil rectrice de la région académique Auvergne-Rhône- Alpes, du Général Chavancy gouverneur militaire de Lyon autorité militaire dans les trois départements du rectorat, de Mr Pelurson directeur de la DRAAF et de Mr Beckensteiner, président de l’IHEDN, « l’accord cadre de coopération » a été signé à quatre mains la semaine passée chez la Rectrice de l’académie de Lyon. Faudra-t-il continuer à dire Trinômes Académiques ou Quadrinômes, Quatuor, …, ?



Cette convention encouragée par le ministère de l’Education nationale avec les Armées « prend tout son sens depuis longtemps » dans l’éducation à la citoyenneté, l’esprit de défense et la poursuite du trinôme académique selon Mme la rectrice.

En effet, selon le Général Chavancy « le vrai champ de bataille est désormais le cerveau de nos jeunes » et il faut éduquer et travailler à l’avenir, pour préparer les élèves à devenir des citoyens.

A travers ces objectifs communs, il s’agira donc pour les quatre représentants d’agir tous ensemble en coordonnant les actions de l’État dans les écoles et les universités en renforçant l’enseignement de défense et la formation des enseignants, de développer les relations entre la défense et l’enseignement supérieur.





mercredi 28 juin 2017

Changements à la cellule communication de l'état-major de la ZDSE

Cette fin de mois, le lcl Jérôme SALLE quitte son poste de conseiller communication pour la Zone de Défense Sud-Est, pour rejoindre Balard et la communication des RH de l'armée de terre (DRHAT).
Au cours de ces quelques dernières années, nous avons collaboré étroitement à la diffusion de l'information et de l'esprit de défense nationale et de sécurité. Qu'il soit remercié de son implication, de sa passion et de sa très haute compétence mise à disposition de notre objectif commun.

La semaine dernière, un pot de départ émouvant et convivial réunissait ses chefs, ses collaborateurs, ses amis au Cercle.


Sa modestie proverbiale fait que cette nouvelle ne figure pas au sommaire d'une de ses plus belles réalisations, à laquelle nous vous suggérons de vous abonner : la page DEFENSE SUD EST.

Son successeur, le lcl Lionel Guy aura le même souci de continuer à faire mieux connaitre et reconnaître nos armées dans la région.

mardi 27 juin 2017

Bienvenue à la 208e SR

L' AR14 accueillait les nouveaux auditeurs de la 208e SR issus de notre région, au cours d'une soirée sympathique et conviviale au restaurant de l'hôtel CHARLEMAGNE à Lyon.

Quelques vues de cette soirée,consacrée à tout sauf au travail  :






L' Arrêté du 20 juin 2017 portant désignation des auditrices et auditeurs de la 208e session en région (promotion « Vercingétorix ») de l'Institut des hautes études de défense nationale Clermont-Ferrand, Montluçon et Lyon du 12 avril au 24 mai 2017 est paru. Vous pouvez le consulter ici.

samedi 24 juin 2017

Un nouveau guide sur la protection juridique des logiciels et bases de données


Thibault BOUVIER, membre associé de notre AR, publie son premier ouvrage, sur "La protection juridique des logiciels et des bases de données" qui donne avec simplicité et pragmatisme les pratiques pour permettre à tout utilisateur / décideur / grand public d'acquérir un ensemble de réflexes en vue de valoriser son patrimoine intellectuel.
A l'heure de la mise en place de directives contraignantes sur ces domaines, ce livre vient à point nommé.

Vous pouvez obtenir plus d'informations et le trouver au format broché ici.



vendredi 23 juin 2017

Remise du prix Armées Jeunesse

Le prix a été remis à la section de la DRSSA et tous ses partenaires (dont l'IHEDN) pour l'action JNR 2016 dans la catégorie "armée dans la cité".

La remise a eu lieu le 31 mai 2017 à l'école militaire. Nous étions très fiers de représenter le SSA ainsi que le Régiment Médical pour l'Armée de Terre.

L'IHEDN-AR14 félicite notre camarade Géraldine PINA-JOMIR pour cette action d'éclat et de rayonnement exceptionnelle et ce Prix bien mérité.




La Journée nationale du réserviste (JNR) 2016 s’est déroulé le jeudi 7 avril 2016 à l’université Claude Bernard Lyon 1, sur le campus Santé Est Rockefeller avec le thème : « Une nouvelle réserve pour de nouvelles menaces, parce que la sécurité nationale est l’affaire de tous ! ». Des étudiants en santé de Lyon ont participé, aux côtés des militaires d'active et de réserve du Centre Médical des Armées (CMA) et du Régiment Médical (RMED) de La Valbonne, à un exercice en conditions réalistes mettant en pratique les protocoles d’intervention militaire et les techniques de sauvetage au combat sur un scénario d’attentat en milieu civil.
L’exercice faisait partie intégrante de la formation des étudiants en médecine, dans le cadre d’une Unité d’ Enseignement libre de défense et de sécurité: « Evolution de la santé, évolution des risques».
Parce que la sécurité nationale est l’affaire de tous, le but de cette journée était d’insister particulièrement sur la prise en charge de l’hémorragie (l’hémorragie représentant plus de 50% des décès évitables au combat) et en particulier la pose d’un garrot, alors même cette technique n’était plus enseignée en milieu civil dans la formation aux gestes de premiers secours. L’atelier de la cellule mobile d’entrainement par simulation de la Direction Régionale du Service de Santé des Armées de Lyon et du SAMU 69 proposait à l’ensemble des visiteurs qui le souhaitaient de s’exercer à la pose d’un garrot et à la réalisation d’un pansement compressif… et d’en vérifier son efficacité !

Télécharger ici le Dossier de Presse de l'évènement,
Télécharger là l'article paru dans la revue DEFENSE à ce propos.

jeudi 22 juin 2017

Notre conférence en Table d'Hôtes : Ethique des affaires Enjeux et pratiques actuelles



Nous recevions semaine passée Laurent Barthélemy, d'Hyperion LBC SAS, Conseil en éthique, ingénierie et maîtrise des risques pour un exposé très complet de la problématique de l'éthique des affaires.

Sa présentation est à votre disposition ici.

mercredi 21 juin 2017

Arrêté du 29 mai 2017 conférant la qualité d'auditeur de la 69e session nationale « politique de défense » de l'Institut des hautes études de défense nationale (cycle 2016-2017)



Par arrêté du Premier ministre en date du 29 mai 2017, la qualité d'auditeur de la 69e session nationale « politique de défense » de l'Institut des hautes études de défense nationale (cycle 2016-2017) est conférée à :
M. Alomar (Raphaël), chef du département « veille stratégique, protection du patrimoine économique et financements », service de l'information stratégique et de la sécurité économiques (SISSE), direction générale des entreprises ;
Mme Angeli-Troccaz (Claudine), magistrate, adjointe du défenseur des droits chargée de la déontologie de la sécurité ;
M. Auffret (Yves), chef du bureau de la coordination des politiques des ressources humaines ministérielles, secrétariat général des ministères économiques et financiers ;
M. Bantegnie (Pascal), directeur des affaires économiques et stratégiques Safran Electrical & Power ;
M. Barbou des Places (Laurent), directeur associé, responsable des secteurs automobile et aéronautique-défense, KPMG SA ;
M. Barbry (Frédéric), colonel de l'armée de terre ;
M. Bardenet (Frédéric), conseiller diplomatique et directeur « développement Afrique subsaharienne », SNCF ;
M. Basse (Vianney), Associé Executive Search, Eric Salmon & Partners ;
M. Baudonniere (Benoît), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Bauer (Anne), grand reporter, en charge des rubriques défense et espace au journal Les Echos ;
M. Beaurenaut (Olivier), ingénieur en chef de l'armement, direction générale de l'armement ;
M. Beauvillard (Alain), secrétaire général adjoint du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), direction générale du Trésor ;
Mme Blandin (Laetitia), directrice de la communication externe, Nexter Systems ;
M. Bonneau (François), président du conseil départemental de la Charente ;
M. Boudier (Frédéric), colonel de la gendarmerie nationale, direction générale de la gendarmerie nationale ;
Mme Bouteille (Alice), chargée de mission auprès du grand chancelier de la Légion d'honneur ;
Mme Budan de Russé (Marina), rédactrice en chef à l'Agence France Presse ;
M. Cabotte (Jean-Christophe), chef du service de secrétariat et de coordination pour le mécanisme de surveillance unique, Banque de France ;
M. Carcy (Cyril), colonel de l'armée de l'air ;
M. Caussin (Christophe), directeur de la sûreté, groupe Alstom ;
Mme Chevallier (Julie), chef du département de l'analyse, du renseignement et de l'information, Tracfin ;
M. Clerc (Lionel), médecin en chef, autorité de coordination « soutien santé en opération », service de santé des armées ;
M. Cluzel (Laurent), colonel de l'armée de terre ;
M. Colin de Verdiere (Christophe), conseiller référendaire, Cour des comptes ;
Mme Courtois (Aulde), directrice générale adjointe, SPALLIAN ;
M. Cuny (Olivier), secrétaire général, Atos ;
M. Dalem (Alexis), vice-président relations internationales, Thales ;
Mme Dameron (Stéphanie), professeure des universités - université Paris-Dauphine ;
M. d'Arras (Gilles), directeur « partenariats stratégiques, risk management et acquisitions », Bolloré Transport & Logistics ;
M. De Cacqueray Valmenier (Arnaud), colonel de l'armée de terre ;
M. Dedobbeleer (Philippe), colonel de l'armée de l'air ;
M. Delpech (Vincent-Nicolas), directeur de l'hôpital universitaire Necker-Enfants malades, APHP ;
M. Demesse (Arnaud), directeur « aero, space & defence », Capgemini ;
M. D'Hebrail (Jean-Marin), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Dubois (Christine), cheffe du bureau « prohibitions et protection du consommateur », direction générale des douanes et des droits indirects ;
Mme Dupuis-Danon (Marie-Christine), Founding Partner, C3COM ;
M. Estubier (Hervé), directeur adjoint des exportations militaires, Dassault Aviation ;
M. Faraci (Gilbert), interlocuteur syndical Force ouvrière pour l'administration centrale du ministère des armées ;
Mme Flauw (Pascale), directeur de programme adjointe, programme « véhicule électrique », groupe Renault ;
M. Foussard (Bruno), colonel de l'armée de l'air ;
M. Frizon (Alain), directeur des programmes militaires de systèmes spatiaux de télécommunications, Airbus Defence & Space ;
M. Garreta (Thierry), colonel de l'armée de l'air ;
M. Gasançon (Christophe), colonel de l'armée de terre ;
M. Gimenes (Matthieu), administrateur au secrétariat de la commission de la défense nationale et des forces armées, Assemblée nationale ;
M. Gourion (Jean-René), chef du département « évaluation des offres et des contrats », MBDA ;
M. Hénin (Nicolas), Journaliste, auteur, consultant ;
M. Jardin (Bertrand), colonel de l'armée de l'air ;
M. Jarnoüen de Villartay (Marc), associé, commissaire aux comptes, Deloitte ;
M. Jenck (Stéphane), directeur associé, responsable du secteur public, Oasys Consultants ;
M. Kudlikowski (Olivier), directeur des ressources humaines, Air France Industries ;
Mme Lagalle-Baranès (Stéphanie), directeur général de l'OPCAIM (organisme paritaire collecteur agréé des industries de la métallurgie) ;
M. Laniel (Sylvain), colonel de la gendarmerie nationale, direction générale de la gendarmerie nationale ;
Mme Le More (Anne) directrice de cabinet ONU Environnement ;
M. Leblanc (André), conseiller technique, ministère des armées ;
M. Lefebvre de Plinval Salgues (Guillaume), gérant société Huchemouche, NNW Consulting ;
M. Lefebvre de Saint Germain, capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Lemercier (Laurence), chargée de mission auprès du directeur du renseignement militaire, direction du renseignement militaire, ministère des armées ;
M. Lena (Laurent), ingénieur en chef de 1re classe, service d'infrastructure de la défense ;
M. Lescure (Bruno), commissaire en chef de 1re classe, service du commissariat des armées ;
M. Marchenoir (Stéphane), colonel de l'armée de terre ;
Mme Marlet (Sophie), chargée de mission « stratégie et affaires transversales » auprès du secrétaire général des affaires européennes, services du Premier ministre ;
M. Menant (Fabien), secrétaire général adjoint, directeur des affaires publiques et européennes, DCNS ;
M. Paillon (Lionel), adjoint au sous-directeur du pilotage des ressources humaines et financières, secrétariat général pour l'administration, ministère des armées ;
M. Péjo (Philippe), Sénat, conseiller à l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) ;
M. Pelle (Rodolphe), contrôleur des armées, sous-directeur de la gestion budgétaire et financière du service parisien du soutien de l'administration centrale, secrétariat général pour l'administration, ministère des armées ;
M. Phillips (Yoan), président, Blakes SAS ;
M. Polderman (François-Xavier), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
M. Proença (Laurent), colonel de l'armée de terre ;
Mme Purcarescu (Dana), sous-directrice chargée du centre de situation, centre de crise et de soutien, ministère de l'Europe et des affaires étrangères) ;
M. Putz (Valéry), colonel de l'armée de terre ;
M. Ray (Olivier), responsable de la cellule « prévention des crises et relèvement post-conflit », Agence française de développement ;
M. Rémy (Christophe), dirigeant fondateur de la société Magellan Industries ;
Mme Reuter-Bourret (Myriam), attachée de direction, Matmut ;
M. Robillard (Martin), directeur marketing et vente, Airbus Defence & Space ;
M. Rolland (Erwan), colonel de l'armée de terre ;
M. Rosensveig (Olivier), deputy general manager, SVH Gas Supply & Risk Management ;
Mme Rouzier-Deroubaix (Adeline), directrice adjointe de l'autonomie au conseil départemental des Hauts-de-Seine ;
Mme Ryl (Isabelle), directeur du centre de recherche Inria de Paris, INRIA ;
M. Sarrade (Stéphane), directeur adjoint de l'innovation et du soutien nucléaire, direction de l'énergie nucléaire, (DEN), Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ;
Mme Saubot (Véronique), présidente de Coronelli international ;
M. Scaggion (Alexandre), directeur de cabinet du recteur, Institut catholique de Paris ;
Mme Skoric (Sylvia), conseillère nationale de l'UNSA, Conseil économique, social et environnemental (CESE) ;
M. Slaars (Emmanuel), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Tête (Anne), commissaire en chef de 1re classe, service du commissariat des armées ;
M. Tricaud (Jean-Marie), rédacteur en chef et producteur exécutif, M6 ;
M. Vandewalle (Thierry), fondateur et président de Wind Capital ;
M. Vialle (Bertrand), président-fondateur Baloon Assurance ;
M. Wallaert (Damien), colonel de l'armée de terre ;
M. Wattrelos (Ghislain), directeur de la stratégie, Lafarge Holcim ;
M. Wendling (Laurent), directeur départemental de la DDT de l'Aveyron ;
M. Wiley (Thierry), sous-directeur, au centre de crise et de soutien, ministère de l'Europe et des affaires étrangères ;
M. Yviquel (Olivier), directeur administratif et financier, Association des maires de France ;
M. Zecri (Lionel), directeur régional EDF commerce Sud-Ouest, EDF.
Ainsi qu'à titre d'auditeurs étrangers :
Mme Ainsworth (Rowan), conseillère politique, ambassade d'Australie en France ;
M. Farah (Fadi), associé fondateur de « Easy-verres.com », de nationalités française et libanaise ;
Mme Findeisen (Cornelia), directrice générale adjointe, communauté d'agglomération Pau-Pyrénées, de nationalités française et allemande ;
M. Jabarin (Sami), senior vice-president « R&D et Achats », Renault Truck Défense, de nationalité britannique ;
M. Gregori (Fabio), capitaine de vaisseau de la marine nationale, Italie ;
M. Mounkaila (Mahamadou), colonel-major des forces armées nigériennes, Niger ;
M. Thomson (Robert), brigadier de l'armée de terre, Royaume-Uni ;
M. Tola (Dritan), ambassadeur d'Albanie en France ;
M. Tomasi (Thierry), avocat associé, cabinet Betto Seraglini, de nationalités française et italienne ;
M. Ullman (Roger), capitaine de vaisseau de la marine nationale, Etats-Unis ;
M. Wachter (Frank), colonel de l'armée de terre, Allemagne.

mardi 20 juin 2017

Rencontre avec l'ASAF lundi 26 juin en soirée



Chers amis,
Depuis la Conférence échanges animée par la Général de Corps d’Armée CHAVANCY nous n’avons pas eu l’occasion de nous retrouver aussi je souhaiterais vous réunir avant l’été, lors d’une réunion conviviale autour d’un verre de l’amitié.
Nous en profiterons évidemment pour évoquer nos objectifs pour la rentrée et recueillir vos éventuelles suggestions mais il s’agira avant tout de nouer des liens amicaux, de mieux se connaître et remercier tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette conférence exceptionnelle.
Je vous propose de nous retrouver : 

le lundi 26 juin à partir de 18H30
à l’Hôtel le Lumière
26 rue VILLON
69008 Lyon

Pour vous accueillir dans les meilleures conditions pourriez-vous me faire savoir si vous participerez à cette  soirée amicale. Vous pouvez vous faire accompagner par d’amis intéressés par nos objectifs et susceptibles de participer à leur réalisation
Chers amis, je vous prie de croire à l’assurance de mon dévouement et à mes sentiments les meilleurs.

Bien cordialement
Colonel(er-air) Roland MINODIER
Délégué ASAF du Rhône et de la Métropole de Lyon

lundi 19 juin 2017

Concert commémorant le 100e anniversaire de la création de l’Armée polonaise en France : « La Pologne vers l’indépendance et la modernité – marches et chants militaires en version jazz ».


Le concert, avec la participation de 3D Trio de Pologne et de la batterie fanfare de la musique de l’artillerie, aura lieu le mercredi 21 juin à 19h00 à l’Hôtel du Gouverneur militaire, 38 avenue Maréchal Foch à Lyon. 

Programme du concert ci-joint.


La Revue Défense n°186 mai-juin 2017 est parue

Revue Défense n°186 mai-juin 2017

(Lire notamment l'article de notre Président Jean-Christophe Beckensteiner sur l'engagement associatif,ici)

Au sommaire de ce numéro de mai-juin 2017 :
Entretien
  • un entretien avec le Général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air
Focus
  • une interview de Marwan Lahoud, président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales
  • un entretien avec le Général américain Scott Kindsvater, commandant des opérations aériennes de la coalition internationale en Irak et en Syrie, suivi d’un reportage au sein de la base internationale d’Al Udeid, au Qatar
  • un entretien exclusif avec le commandant du ciblage, au Centre de planification et de conduite des opérations à Paris
  • de l’air à la terre : des innovations technologiques au service des forces terrestres
Opinions et débats
  • les apports spécifiques de la puissance aérospatiale militaire
  • les missiles hypersoniques : une nouvelle surprise stratégique ?
  • un entretien avec Loulouwa Al Rachid, chercheuse sur l’Irak
  • un rendez-vous très spécial : le salon SOFINS des forces spéciales
European Defence Vision
  • un entretien avec Loïc Tribot La Spière sur l’ouvrage du CEPS La défense écartelée
Chronique de la dissuasion
  • le poste de commandement Jupiter, tir d’évaluation d’un missile ASMP-A par un Rafale Marine, manœuvres américaines en Asie-Pacifique, tir d’essai d’un missile américain Minuteman III
Communauté IHEDN
  • le témoignage d’un auditeur passionné d’aéronautique, Gilles Guérin.
  • le contrat d’engagement associatif par un président d’association régionale
  • un entretien avec l’association IHEDN-Jeunes sur l’ouvrage S’engager par le plume
Économie et défense
  • retour des frontières et patriotisme économique
Culture
  • la librairie (stratégie, histoire, équipements et bandes dessinées)
  • le cinéma et le festival de Cannes
  • l’agenda culturel défense, incluant un entretien artistique avec la DG d’une industrie aéronautique de pointe
(s'abonner. Un tarif spécial est accordé aux membres associés et auditeurs de l'AR14, voir votre bulletin d'adhésion)

dimanche 18 juin 2017

En écho à la conférence en Table d'Hôte du 31 mai, par le Pr. Laurent GEDEON "Le Vietnam face à la Chine : fascination et méfiance"

INDOCHINE 1663 - 1954
Par Marie-José Magnillat – Musée Militaire de Lyon.

Une histoire résumée de l'Indochine, à découvrir absolument :
Télécharger le document.


Mme Marie-José MAGNILLAT est veuve votre ancien Président d’Honneur, le LCL Bernard MAGNILLAT, (1924-2006). Fils, petit-fils et arrière-petits-fils d'officier, engagé volontaire en 1944, officier parachutiste qui servit en Indochine puis en Algérie ; Commandeur de la Légion d’honneur. Titulaire de 11 citations dont 4 avec palmes.
Bernard MAGIOLLAT est l'auteur de "Les Roses de Pha Kha".


Parution de la Note N°24 du Centre de Recherche de l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale

Proximité et contact au cœur de la sécurité publique

Télécharger :

Commémoration le 2 juillet au Tata Sénégalais de Chasselay


samedi 17 juin 2017

Bientôt un moyen simple de diffuser largement l'esprit CyberSécurité au plus grand nombre


A l'initiative du Sommet IE2S, sur une technologie suisse YUCCA/GEOLOGIX (plate-forme de conception et de diffusion d'applications IoS et Androïd), l'applicationCyberSec Experience fait ses premiers tests.

Cette Application légère (téléchargeable en moins d'une minute en 3/4G) est destinée aux salariés et collaborateurs des entreprises et organisations de toute taille. Elle n'EST PAS conçue pour les informaticiens ni les RSSI - justement.

L'idée est de mettre à disposition de l'ensembles des collaborateurs un outil simple, ludique, fiable pour comprendre et engrammer (= "rendre réflexe") les bonnes pratiques de protection contre les menaces informatiques. Tant il est vrai que le maillon faible, dans l'efficacité de la protection informatique, c'est bien ce qui est entre la chaise et le clavier... L'Homme. Tout le monde est concerné, chacun est une brique du mur de défense contre les malveillants.
Lire la suite


vendredi 16 juin 2017

La dernière lettre d'actualité européenne



(...) Faire de l’intégration européenne un élément clef d’un programme présidentiel était jugé il y a  quelques mois, comme risqué par la plupart des politologues. En effet, gagner une élection présidentielle en faisant campagne sur l’Europe est sans précédent. L’avenir de la France était largement conditionné par le fait que l’Europe ne résoudrait pas nos problèmes à notre place. (...)

Lire la suite dans "Carnet d'Europe".

jeudi 15 juin 2017

Défense : les 2% du PIB en 2022 ne sont pas en option

Un article paru ici

02 juin 2017 • Agnès Verdier-Molinié
2.jpg
Si l’on raisonne en termes de poids dans le budget annuel de l’Etat français, la Défense est passée de 14% en 1982 à 10% en 2016. En termes de part consacrée à la Défense par rapport au total des richesses produites, le ratio est passé de 3,1% du PIB en 1982 à 1,88% en 2011 et 1,73% en 2015. Ce qui correspond à une division par deux de l’effort de défense français en trente ans. Le ministère de la Défense est aussi le ministère qui s’est le plus réformé sous la pression des coupes budgétaires successives. La Défense a supporté à elle seule quelques 40% de l’effort décidé par la RGPP. De 2008 à 2019, la défense aura perdu 50 000 postes. Avec les conséquences que l’on sait : même si notre armée reste théoriquement capable de mener n’importe quel type de mission, les nombreuses déflations d’effectifs dans les forces de combat et surtout dans les fonctions de soutien mettent clairement en danger notre capacité à fournir une « masse critique » d’hommes et de matériels. 
Dans le même temps, les Français attendent que l’Etat les protège mieux : 66% d’entre eux pensent même que la situation sécuritaire actuelle nécessite un effort budgétaire supplémentaire, près de 17 points de plus qu’en 2015. Cette prise de conscience de l’importance de la mission régalienne de défense est évidement liée à la menace que fait planer sur la France l’organisation terroriste de l’Etat Islamique.  
Le nouveau quinquennat qui commence doit marquer un clair changement de vision stratégique pour la Défense nationale. Malgré les efforts louables de Jean-Yves le Drian quand il était à l’hôtel de Brienne pour sauvegarder -souvent in extremis-  les ressources et réorganiser les services, nul ne peut se satisfaire de la situation globale de nos armées. Elles sont tout simplement harassées par une activité opérationnelle très soutenue qui est près de 30% supérieure dans certains domaines au contrat opérationnel édicté par le Livre Blanc 2013. Les exigences des engagements actuels, entre les opérations extérieures et intérieures, induisent une véritable surchauffe budgétaire et opérationnelle qui met en danger l’endurance de notre outil militaire.
Il est temps de donner à nos armées de vraies marges de manœuvre. Concrètement, la Fondation iFRAP recommande une impulsion budgétaire importante avec une nouvelle Loi de Programmation Militaire 2018-2023 qui serait adoptée à l’automne 2017. Cette nouvelle LPM comprendrait quelques 240 milliards d’euros (constants 2017) sur sa période d’exécution. Cela représenterait environ 50 milliards d’euros supplémentaires par rapport à la Loi de Programmation Militaire Initiale 2014-2019.
Cette nouvelle LPM consacrerait une Force Opérationnelle Terrestre de 77 000 hommes mieux équipée et encore plus capable de développer et d’entretenir ses compétences. Au total, le nombre de postes du ministère serait de 283 661 en 2023 avec 15 000 embauches supplémentaires. La réserve opérationnelle serait aussi mieux dotée, mieux entraînée et plus souple à déployer. Elle serait notamment apte à soulager nos forces d’active dans les opérations intérieures comme Sentinelle très consommatrices en personnels. Dans cette LPM, serait programmée la montée en puissance de nos services de renseignements et de nos capacités en cyberdéfense (5,5 milliards de plus). La rénovation urgente des emprises militaires qui le nécessitent, tant au niveau de la qualité des infrastructures que de leur sécurisation est aussi proposée dans cette loi de programmation (1 milliard d’investissements supplémentaires). Un investissement massif dans l’entretien des matériels pour accroître leurs taux de disponibilité respectifs est aussi urgent. Comme l’est  le remplacement des plus anciennes générations, certaines âgées de plus de trois décennies : ainsi, l’accélération du programme Scorpion, le lancement en urgence du programme de patrouilleurs maritimes, 2 à 3 frégates supplémentaires, le changement de nos pétroliers ravitailleurs, la commande d’avions-ravitailleurs Phénix supplémentaires (soit un investissement dans les matériels de nos trois armées d’environ 12 milliards). Dans le même temps, nous devons continuer d’investir massivement dans la recherche et le développement de technologies de défense innovantes. En parallèle de tout cela, les deux composantes, aériennes et sous-marines, de la dissuasion nucléaire doivent impérativement être modernisées à partir de 2020 (pour un coût de 8,5 milliards). Une fois que tous ces objectifs seront remplis, il s’imposera aussi de songer à l’accroissement quantitatif du format de nos flottes, que ce soit l’aviation de combat, la flotte de transport ou encore la flotte d’hélicoptères de manœuvre.
2 points de PIB pour la défense (les dépenses sociales sont à 34…), c’est à ce prix que nous préserverons un modèle de défense capable d’agir sur tout le spectre des menaces à la fois intérieures et extérieures, maritimes aériennes et terrestres tout en alliant cohérence, endurance et puissance. 
Cette tribune a été publiée dans les pages des Echos, vendredi 2 juin 2017.

mercredi 14 juin 2017

Trois nouveaux hommes-clés à la tête des services de renseignement

...  ...



Pierre de Bousquet de Florian dirigera le nouveau Centre national du contre-terrorisme, Bernard Emié prend la tête de la DGSE et Laurent Nunez celle de la DGSI.


LE MONDE du 8 juin 2017
Lire l'article intégral ici.

mardi 13 juin 2017

LIBYE : La guerre du général Haftar contre les milices islamistes, le billet de Bernard LUGAN

Source : l'Afrique Réelle

LIBYE : La guerre du général Haftar contre les milices islamistes

En Libye, après six années d’anarchie et de vaines tentatives internationales visant à une imposer l’illusoire solution démocratique, le temps semble être désormais aux armes. Avec une alternative simple : ou la victoire du général Haftar ou la partition.

Les Occidentaux ont rêvé à une  réconciliation entre le général Haftar, soutenu par le parlement de Tobrouk et l’artificiel Gouvernement libyen d’union nationale siégeant à Tripoli (le GLUN). Il s’agit là d’une vue de l’esprit. L’accord du 15 décembre 2015 qui a donné naissance au GLUN et qui a été imposé par l’ONU et l’UE ne tient en effet  pas compte des véritables forces du pays. C’est ainsi qu’il fait la part belle aux milices islamistes de Tripoli et à celles de Misrata alors qu’il ignore très largement et les réalités tribales, ainsi que la seule force militaire organisée du pays, à savoir l’armée nationale libyenne (ANL) commandée par le général Haftar. Comme l’objectif de ce dernier est de détruire les milices qui entretiennent l’anarchie, ces dernières ne peuvent donc que le combattre. Dans ces conditions, toute politique de réconciliation est vouée à l’échec.
Voilà pourquoi, depuis le début du mois d’avril 2017, et sans que cela ait été remarqué par les médias, au Fezzan, c’est-à-dire dans le sud de la Libye, l’armée nationale libyenne (ANL) commandée par le général Haftar affronte les forces fidèles au GLUN. Cependant, comme ce dernier ne dispose pas d’éléments capables d’affronter l’ANL, ce sont les milices de la ville de Misrata qui sont en première ligne. Militairement, Misrata est soutenue par la Turquie et le Qatar alors que le général Haftar l’est par l’Egypte, les Emirats arabes unis, et dans une certaine mesure, par la Russie. L’offensive du général Haftar a débuté au mois de mars dernier quand ses forces reprirent le croissant pétrolier qui part de Ras Lanouf et qui s’étend jusqu’à Ajdabiya. Son but est d’affaiblir les milices de Misrata qui constituent la seule force capable de s’opposer à l’ANL. La manœuvre de l’ANL qui est claire se lit  sur la carte (de la page 3). Elle consiste à progresser par le sud afin d’isoler Misrata puis ensuite Tripoli. C’est pourquoi, après avoir pris Zeila et Brak, elle tente actuellement de s’emparer de la base aérienne de Tamanhint qui est aux mains des milices de Misrata. Or, à Tamanhint se sont repliés les islamistes chassés de Cyrénaïque et qui se sont regroupés sous le nom de «colonnes de Benghazi ». Commandés par  Mustapha Charkassi, ce furent ces islamistes qui lancèrent l’opération surprise du mois de mars 2017 qui réussit à reprendre pour quelques heures le croissant pétrolier à l’ANL. La contre-attaque des forces du général Haftar les repoussa vers le grand sud, à Tamanhit, à près de 800 km du littoral où ils furent recueillis par les miliciens de Misrata. L’objectif est important car, si Tamanhint tombait aux mains de l’ANL, Misrata et Tripoli seraient coupés du sud. Voilà pourquoi, de violents combats se déroulent actuellement dans la région de Sebha autour de ces deux points clé que sont Brak et Tamanhint. Le Glun qui a bien compris l’importance de l’enjeu a envoyé en renfort une colonne composée de miliciens islamistes baptisée « 3e force ». Or, comme elles sont favorables au général Haftar, les tribus de la région lui ont demandé de partir. Pour encore compliquer la situation, la région de Mourzouk et de Sebha est le théâtre de vifs affrontements entre Toubou et tribus arabes pour le contrôle du trafic (migrants, drogue, armes, médicaments, etc.).
Si le général Haftar parvenait à prendre le contrôle du Fezzan, et comme il est soutenu par plusieurs tribus de Tripolitaine, il pourrait alors lancer la phase suivante de son offensive. Cette dernière pourrait se faire de deux manières : 1) Soit il tenterait de prendre Tripoli afin de s’installer dans la capitale, ce qui serait une victoire symboliquement importante. Puis, Misrata étant isolée, soit il traiterait avec elle, soit il tenterait de la prendre. 2) Soit, avant de « cueillir » Tripoli, il déciderait de prendre Misrata qui, rappelons-le constitue la seule force militaire en état de lui résister. Dans ce cas, nous assisterions à des combats de haute intensité car, ni la Turquie, ni le Qatar ne seraient disposés à abandonner leur seul allié sérieux dans la région. La prise de Misrata constituerait en effet l’échec de la politique turco-qatarie en Libye.
Quoiqu’il en soit, Misrata ne peut pas laisser se dérouler l’offensive du général Haftar sans tenter de la briser. Si, en définitive, l’ANL était victorieuse, une troisième option pourrait être suivie, celle consistant à ménager Misrata après avoir affaibli ses milices.

carte lybie

Bernard LUGAN
L'AFRIQUE RÉELLE - N°89 - MAI 2017

lundi 12 juin 2017

ARMEMENT - Disponibilité des VAB de l’armée de Terre : 42 % fin 2016. LIBRE OPINION du Député François CORNUT GENTILLE.

source : lettre de l' ASAF

ARMEMENT - Disponibilité des VAB de l’armée de Terre : 42 % fin 2016. LIBRE OPINION du Député François CORNUT GENTILLE.
Fin 2012, l’armée de Terre comptait  3 591 véhicules de l’avant blindés (VAB) mais affichait une disponibilité inquiétante : 52 %.
Que pensez-vous que le ministère de la Défense fit depuis ? Il décida de lancer un programme de remplacement dénommé VBMR mais opta dans la foulée d’étirer leur livraison, afin de ne pas avoir à grever le budget de la Défense. Seul le chef d’état-major de l’armée de Terre s’en est déjà ému.
Sont donc disponibles 1 040 VAB fin 2016, contre 1 868 fin 2012 : soit une chute du parc disponible de 45 % sans perspective de remplacement à court terme malgré les besoins avérés notamment en OPEX.
 17 05 12 CORNUT Dispo VAB Schéma VAB1 1


François CORNUT GENTILLE
Député

dimanche 11 juin 2017

Une conférence de notre délégation Drôme le 22 juin à Valence



OFFICIEL : Composition du cabinet de la ministre des Armées Sylvie GOULARD

source : lettre de l' ASAF

OFFICIEL : Composition du cabinet de la ministre des Armées Sylvie GOULARD
Martin Briens dirigera le cabinet de la ministre des Armées Sylvie Goulard
Martin Briens (ENA - promotion Victor-Schœlcher -, Sciences Po Paris) a été nommé directeur du cabinet civil et militaire de la ministre des armées, Sylvie Goulard. Il a fait pratiquement toute sa carrière au Quai d'Orsay où il a été notamment directeur adjoint de cabinet de Laurent Fabius au ministère des affaires étrangères entre juillet 2013 et février 2016. Après le départ du ministère de Laurent Fabius nommé président du Conseil constitutionnel, il aurait rejoint, selon la presse, la DGSE en tant que directeur de la stratégie. Il a commencé sa carrière dans l'administration au poste de premier secrétaire à l'ambassade de France en Chine (1999-2003), puis a été nommé comme deuxième conseiller auprès de l'ambassade de France aux États-Unis (2003-2006). Il a mis ensuite le cap en 2006 au Centre d'analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères et a été nommé en 2007 sous-directeur au Quai d'Orsay. Entre août 2010 et juin 2013, il a été représentant permanent adjoint à la Mission de la France auprès des Nations unies à New York.
Directeur de cabinet adjoint, Benjamin Gallezot, A 46 ans, l'ingénieur général de l'armement Benjamin Gallezot a été numéro deux de la Direction générale de l'entreprise à Bercy. Agrégé de mathématiques, il a été également conseiller technique à l'Elysée, sous Nicolas Sarkozy, et brièvement conseiller industrie d'Hervé Morin au ministère de la Défense. 

La chef du cabinet civil, Fréderique Camilleri (32 ans) est issue de la préfectorale. Elle était chef du cabinet du ministre de l'Intérieur depuis décembre dernier. Précédemment elle avait été directrice de cabinet de Patrick Strzoda, préfet de Bretagne, aujourd'hui directeur de cabinet du président de la République.
Le diplomate Xavier Chatel de Briançon est nommé quant à lui conseiller diplomatique. Il était sous-directeur Egypte/Levant au ministère des Affaires étrangères. Il sera secondé par 
Nathalie Cantan, qui était en charge du Sahel et du Sahara à la Direction générale des relations internationales et stratégiques (DGRIS) du ministère de la Défense.
Le poste de conseiller budget revient à Gilles Lara-Adelaïde, un énarque issu de Bercy. Il était déjà au cabinet de Jean-Yves Le Drian.
Ingénieur de l'armement, Hervé Grandjean est nommé conseiller industriel. Il a été un des conseillers dans le domaine de la Défense d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle.
Enfin, Grégoire Devaux est le conseiller communication. Précédemment il s'occupait de la communication au cabinet de Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères.

 Michel CABIROL
Adressé par Jean-Claude Tourneur et François Jouannet

vendredi 9 juin 2017

Lancement du dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance

Le dispositif GIP ACYMA annoncé par la SGDSN est lancé :



EXPÉRIMENTATION EN RÉGION HAUTS-DE-FRANCE DE JUIN À OCTOBRE 2017
Louis Gautier, Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, Guillaume Poupard, Directeur général de l’ANSSI et Thierry Delville, Délégué ministériel aux industries de sécurité et à la lutte contre les cybermenaces, annoncent le lancement du dispositif d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance, expérimenté de juin à octobre 2017 en région Hauts-de-France.
Au regard de l’augmentation du nombre d’attaques informatiques notamment de types rançongiciel et hameçonnage, la prévention et l’assistance technique de proximité portées aux victimes d’actes de cybermalveillance – particuliers, entreprises (TPE/PME) et collectivités territoriales jusqu’alors non accompagnés – constitue un objectif prioritaire.
Le 18 juin 2015, au cours de la présentation de la stratégie numérique du gouvernement, le Premier ministre Manuel Valls annonçait la mise en place d’un dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance. Objectif confirmé le 16 octobre de la même année lors de son intervention relative à la Stratégie nationale pour la sécurité du numérique.
Le dispositif, incubé par l’ANSSI et copiloté avec le ministère de l’Intérieur, qui s’adresse gratuitement aux particuliers, aux entreprises et collectivités territoriales (hors OIV), a pour objectifs :
• la mise en relation des victimes via une plate-forme numérique avec des prestataires de proximité susceptibles de restaurer leurs systèmes ;
• la mise en place de campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique ;
• la création d’un observatoire du risque numérique permettant de l’anticiper.
Ce dispositif s’appuie d’une part sur les prestataires techniques de proximité et d’autre part sur les réseaux existants au niveau territorial, qu’il s’agisse des administrations de I‘État (Gendarmerie, Police, représentants locaux de I’ANSSI) ou des collectivités et acteurs locaux (chambres consulaires, fédérations professionnelles, réseaux « transition numérique », etc.).

Mise en oeuvre du dispositif : expérimentation en région Hauts-de-France
La plate-forme www.cybermalveillance.gouv.fr est disponible dès le 30 mai 2017 avec une phase expérimentale en Hauts-de-France, région représentative du territoire national par la diversité du taux d’urbanisation de ses départements et par l’implication des acteurs locaux dans la sécurité du numérique.
Elle propose deux parcours, un premier pour les victimes d’acte de cybermalveillance et un second pour les prestataires de services de proximité :
• Les victimes seront mises en relation avec des prestataires de proximité susceptibles de les assister grâce à un parcours permettant d’identifier la nature de l’incident.
• Les prestataires de toute la France souhaitant proposer leurs services peuvent d’ores et déjà s’enregistrer sur la plate-forme.
Un espace dédié à la sensibilisation des enjeux de la protection de la vie privée numérique est également accessible aux internautes. À terme, des campagnes de prévention seront lancées à l’échelle nationale.
Grâce au recueil de nombreuses statistiques, un observatoire sera créé en vue d’anticiper le risque numérique.

Création d’un groupement d’intérêt public
Pour remplir ces objectifs, un groupement d’intérêt public (GIP) a été constitué permettant l’implication financière et opérationnelle d’acteurs publics et privés.
Guillaume Poupard a été élu Président de l’Assemblée générale et du Conseil d’administration.
Jérôme Notin a été nommé, sur proposition de l’État, Directeur général du GIP.
Aux côtés du collège étatique, trois collèges représentant les parties prenantes ont été constitués en accord avec la convention constitutive : utilisateurs, prestataires de services de proximité et offreurs de solutions.
Tous les prestataires au niveau national peuvent d’ores et déjà s’inscrire sur la plate-forme.

mardi 6 juin 2017

Les auditeurs de la 69e session nationale « politique de défense » de l'Institut des hautes études de défense nationale (cycle 2016-2017) sont nommés au JO


Par arrêté du Premier ministre en date du 29 mai 2017, la qualité d'auditeur de la 69e session nationale « politique de défense » de l'Institut des hautes études de défense nationale (cycle 2016-2017) est conférée à :
M. Alomar (Raphaël), chef du département « veille stratégique, protection du patrimoine économique et financements », service de l'information stratégique et de la sécurité économiques (SISSE), direction générale des entreprises ;
Mme Angeli-Troccaz (Claudine), magistrate, adjointe du défenseur des droits chargée de la déontologie de la sécurité ;
M. Auffret (Yves), chef du bureau de la coordination des politiques des ressources humaines ministérielles, secrétariat général des ministères économiques et financiers ;
M. Bantegnie (Pascal), directeur des affaires économiques et stratégiques Safran Electrical & Power ;
M. Barbou des Places (Laurent), directeur associé, responsable des secteurs automobile et aéronautique-défense, KPMG SA ;
M. Barbry (Frédéric), colonel de l'armée de terre ;
M. Bardenet (Frédéric), conseiller diplomatique et directeur « développement Afrique subsaharienne », SNCF ;
M. Basse (Vianney), Associé Executive Search, Eric Salmon & Partners ;
M. Baudonniere (Benoît), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Bauer (Anne), grand reporter, en charge des rubriques défense et espace au journal Les Echos ;
M. Beaurenaut (Olivier), ingénieur en chef de l'armement, direction générale de l'armement ;
M. Beauvillard (Alain), secrétaire général adjoint du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), direction générale du Trésor ;
Mme Blandin (Laetitia), directrice de la communication externe, Nexter Systems ;
M. Bonneau (François), président du conseil départemental de la Charente ;
M. Boudier (Frédéric), colonel de la gendarmerie nationale, direction générale de la gendarmerie nationale ;
Mme Bouteille (Alice), chargée de mission auprès du grand chancelier de la Légion d'honneur ;
Mme Budan de Russé (Marina), rédactrice en chef à l'Agence France Presse ;
M. Cabotte (Jean-Christophe), chef du service de secrétariat et de coordination pour le mécanisme de surveillance unique, Banque de France ;
M. Carcy (Cyril), colonel de l'armée de l'air ;
M. Caussin (Christophe), directeur de la sûreté, groupe Alstom ;
Mme Chevallier (Julie), chef du département de l'analyse, du renseignement et de l'information, Tracfin ;
M. Clerc (Lionel), médecin en chef, autorité de coordination « soutien santé en opération », service de santé des armées ;
M. Cluzel (Laurent), colonel de l'armée de terre ;
M. Colin de Verdiere (Christophe), conseiller référendaire, Cour des comptes ;
Mme Courtois (Aulde), directrice générale adjointe, SPALLIAN ;
M. Cuny (Olivier), secrétaire général, Atos ;
M. Dalem (Alexis), vice-président relations internationales, Thales ;
Mme Dameron (Stéphanie), professeure des universités - université Paris-Dauphine ;
M. d'Arras (Gilles), directeur « partenariats stratégiques, risk management et acquisitions », Bolloré Transport & Logistics ;
M. De Cacqueray Valmenier (Arnaud), colonel de l'armée de terre ;
M. Dedobbeleer (Philippe), colonel de l'armée de l'air ;
M. Delpech (Vincent-Nicolas), directeur de l'hôpital universitaire Necker-Enfants malades, APHP ;
M. Demesse (Arnaud), directeur « aero, space & defence », Capgemini ;
M. D'Hebrail (Jean-Marin), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Dubois (Christine), cheffe du bureau « prohibitions et protection du consommateur », direction générale des douanes et des droits indirects ;
Mme Dupuis-Danon (Marie-Christine), Founding Partner, C3COM ;
M. Estubier (Hervé), directeur adjoint des exportations militaires, Dassault Aviation ;
M. Faraci (Gilbert), interlocuteur syndical Force ouvrière pour l'administration centrale du ministère des armées ;
Mme Flauw (Pascale), directeur de programme adjointe, programme « véhicule électrique », groupe Renault ;
M. Foussard (Bruno), colonel de l'armée de l'air ;
M. Frizon (Alain), directeur des programmes militaires de systèmes spatiaux de télécommunications, Airbus Defence & Space ;
M. Garreta (Thierry), colonel de l'armée de l'air ;
M. Gasançon (Christophe), colonel de l'armée de terre ;
M. Gimenes (Matthieu), administrateur au secrétariat de la commission de la défense nationale et des forces armées, Assemblée nationale ;
M. Gourion (Jean-René), chef du département « évaluation des offres et des contrats », MBDA ;
M. Hénin (Nicolas), Journaliste, auteur, consultant ;
M. Jardin (Bertrand), colonel de l'armée de l'air ;
M. Jarnoüen de Villartay (Marc), associé, commissaire aux comptes, Deloitte ;
M. Jenck (Stéphane), directeur associé, responsable du secteur public, Oasys Consultants ;
M. Kudlikowski (Olivier), directeur des ressources humaines, Air France Industries ;
Mme Lagalle-Baranès (Stéphanie), directeur général de l'OPCAIM (organisme paritaire collecteur agréé des industries de la métallurgie) ;
M. Laniel (Sylvain), colonel de la gendarmerie nationale, direction générale de la gendarmerie nationale ;
Mme Le More (Anne) directrice de cabinet ONU Environnement ;
M. Leblanc (André), conseiller technique, ministère des armées ;
M. Lefebvre de Plinval Salgues (Guillaume), gérant société Huchemouche, NNW Consulting ;
M. Lefebvre de Saint Germain, capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Lemercier (Laurence), chargée de mission auprès du directeur du renseignement militaire, direction du renseignement militaire, ministère des armées ;
M. Lena (Laurent), ingénieur en chef de 1re classe, service d'infrastructure de la défense ;
M. Lescure (Bruno), commissaire en chef de 1re classe, service du commissariat des armées ;
M. Marchenoir (Stéphane), colonel de l'armée de terre ;
Mme Marlet (Sophie), chargée de mission « stratégie et affaires transversales » auprès du secrétaire général des affaires européennes, services du Premier ministre ;
M. Menant (Fabien), secrétaire général adjoint, directeur des affaires publiques et européennes, DCNS ;
M. Paillon (Lionel), adjoint au sous-directeur du pilotage des ressources humaines et financières, secrétariat général pour l'administration, ministère des armées ;
M. Péjo (Philippe), Sénat, conseiller à l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) ;
M. Pelle (Rodolphe), contrôleur des armées, sous-directeur de la gestion budgétaire et financière du service parisien du soutien de l'administration centrale, secrétariat général pour l'administration, ministère des armées ;
M. Phillips (Yoan), président, Blakes SAS ;
M. Polderman (François-Xavier), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
M. Proença (Laurent), colonel de l'armée de terre ;
Mme Purcarescu (Dana), sous-directrice chargée du centre de situation, centre de crise et de soutien, ministère de l'Europe et des affaires étrangères) ;
M. Putz (Valéry), colonel de l'armée de terre ;
M. Ray (Olivier), responsable de la cellule « prévention des crises et relèvement post-conflit », Agence française de développement ;
M. Rémy (Christophe), dirigeant fondateur de la société Magellan Industries ;
Mme Reuter-Bourret (Myriam), attachée de direction, Matmut ;
M. Robillard (Martin), directeur marketing et vente, Airbus Defence & Space ;
M. Rolland (Erwan), colonel de l'armée de terre ;
M. Rosensveig (Olivier), deputy general manager, SVH Gas Supply & Risk Management ;
Mme Rouzier-Deroubaix (Adeline), directrice adjointe de l'autonomie au conseil départemental des Hauts-de-Seine ;
Mme Ryl (Isabelle), directeur du centre de recherche Inria de Paris, INRIA ;
M. Sarrade (Stéphane), directeur adjoint de l'innovation et du soutien nucléaire, direction de l'énergie nucléaire, (DEN), Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ;
Mme Saubot (Véronique), présidente de Coronelli international ;
M. Scaggion (Alexandre), directeur de cabinet du recteur, Institut catholique de Paris ;
Mme Skoric (Sylvia), conseillère nationale de l'UNSA, Conseil économique, social et environnemental (CESE) ;
M. Slaars (Emmanuel), capitaine de vaisseau de la marine nationale ;
Mme Tête (Anne), commissaire en chef de 1re classe, service du commissariat des armées ;
M. Tricaud (Jean-Marie), rédacteur en chef et producteur exécutif, M6 ;
M. Vandewalle (Thierry), fondateur et président de Wind Capital ;
M. Vialle (Bertrand), président-fondateur Baloon Assurance ;
M. Wallaert (Damien), colonel de l'armée de terre ;
M. Wattrelos (Ghislain), directeur de la stratégie, Lafarge Holcim ;
M. Wendling (Laurent), directeur départemental de la DDT de l'Aveyron ;
M. Wiley (Thierry), sous-directeur, au centre de crise et de soutien, ministère de l'Europe et des affaires étrangères ;
M. Yviquel (Olivier), directeur administratif et financier, Association des maires de France ;
M. Zecri (Lionel), directeur régional EDF commerce Sud-Ouest, EDF.
Ainsi qu'à titre d'auditeurs étrangers :
Mme Ainsworth (Rowan), conseillère politique, ambassade d'Australie en France ;
M. Farah (Fadi), associé fondateur de « Easy-verres.com », de nationalités française et libanaise ;
Mme Findeisen (Cornelia), directrice générale adjointe, communauté d'agglomération Pau-Pyrénées, de nationalités française et allemande ;
M. Jabarin (Sami), senior vice-president « R&D et Achats », Renault Truck Défense, de nationalité britannique ;
M. Gregori (Fabio), capitaine de vaisseau de la marine nationale, Italie ;
M. Mounkaila (Mahamadou), colonel-major des forces armées nigériennes, Niger ;
M. Thomson (Robert), brigadier de l'armée de terre, Royaume-Uni ;
M. Tola (Dritan), ambassadeur d'Albanie en France ;
M. Tomasi (Thierry), avocat associé, cabinet Betto Seraglini, de nationalités française et italienne ;
M. Ullman (Roger), capitaine de vaisseau de la marine nationale, Etats-Unis ;
M. Wachter (Frank), colonel de l'armée de terre, Allemagne.