jeudi 30 mars 2017

Les formations courtes en i.e de l'IHEDN




Depuis plus de 20 ans, l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), développe ses formations en Intelligence économique et stratégique à destination de cadres des secteurs public et privé, engagés dans une démarche concrète et opérationnelle. Par son positionnement interministériel, l’Institut actualise constamment le contenu de ses formations, en lien avec l’évolution des menaces, tout en favorisant le croisement des expériences et la complémentarité des expertises.

C’est dans cette démarche que s’inscrivent les formations ‘intra-entreprise’ en Intelligence économique et cyberdéfense organisées par l’IHEDN.

Le programme est conçu, à la carte, aussi bien sur les différentes thématiques, que pour les différents intervenants, sur un format allant de 1 à 3 jours.

Il est aménagé, conjointement, par itérations avec le donneur d’ordre en fonction des besoins. C'est pourquoi, vous trouverez ci-jointe la brochure IE indiquant les différents modules qu’il est possible de sélectionner.

Les séminaires se déroulent nécessairement à l'École militaire et s'entendent 'nets de taxes' (exemption de TVA). Ils incluent les cafés d'accueil ainsi que les déjeuners.

Vous trouverez l’ensemble des informations, notamment tarifaires, sur la brochure ci-jointe.

Nous portons à votre attention que l’Institut est agréé comme établissement de formation continue sous le numéro 1175P015975 attribué le 5/9/95. 

Nous restons à votre disposition pour toute information que vous estimeriez utile.


Le Bureau Intelligence Économique et Cyberdéfense de l’IHEDN

Contact formation Intelligence économique :
Courriel ie@ihedn.fr
Tel : 01 44 42 31 79



NdLR : La participation à une session de courte durée ne donne pas accès au titre d'auditeur de l'IHEDN (délivré par le Premier ministre à l'issue d'une Session nationale ou d'une Session régionale) mais permet déjà de participer activement aux travaux de l'Institut et aux évènements majeurs.

lundi 27 mars 2017

Un nouveau président pour l'ANORAA

L’assemblée générale du secteur 640 Ain Rhône Loire Métropole de Lyon s’est déroulé le samedi 11 Mars 2017 à CERDON.
Le nouveau bureau de l’association qui regroupe une centaine de membres a été élu.



PRESIDENT DU SECTEUR 640 : CDT (rc) CHRISTIAN MAISONNEUVE                 
Trésorier : CNE  (H) CORNU jean Pierre
Secrétaire : communication : LTT (cr) DAMITIO Eric
1er VP délégué pour la Métropole et le Rhône : CNE (roi) DEVORNIQUE Alain
2e VP délégué pour l’Ain : COL (h)GUILLAUMIN
3e VP délégué pour la Loire : LCL (RO) AYEL André

Porte drapeau : CAPITAINE (RC) MELE Philippe

Delegue auprès de l’URAA : LCL BARDET (h) Patrick
délégué auprès de la SLHADA : LCL  (h) MATHEVET Jean Claude

Notre camarade Alain DEVORNIQUE est à l'honneur :


dimanche 26 mars 2017

L'AIF en vidéo

Le remplaçant du FAMAS, l’HK 416 F



L’armée de terre a concocté un efficace clip pour illustrer les capacités du HK 416 F (calibre 5.56 OTAN) qui va remplacer progressivement le FAMAS dans les armées françaises. Sur un total de commande de 102 000 AIF (arme individuelle futur), 5 340 livraisons apparaissent d’ailleurs déjà dans le budget 2017. 93 080 HK 416 F seront livrés à l’armée de terre en deux versions, une standard de 90 cm et une courte de 80 cm.
Pour les nostalgiques d’un fusil d’assaut français, rappelons la perte de savoir-faire industriel depuis la fin des années 90 (dernier FAMAS fabriqué en 1997). (…)Heckler & Koch a en plus le bon goût de faire fabriquer ses tubes et pièces en aciers spéciaux (fûts de canons, extracteurs, éjecteurs, baïonnettes, lignes de mire) par le Français Aubert & Duval, qui compte cinq sites de production sur le territoire (Les Ancizes, Issoire, Firminy, Imphy, Pamiers). Il reste donc un morceau de France dans le HK 416 F... Sans oublier qu'une filière de fabrication de munitions de petit calibre pourrait être réactivée avec l'aide de l'Etat sur un site breton de Nobel Sport, selon une information de La Tribune.

Les Notes du CREO-gendarmerie nationale



Les notes sont consultables depuis les liens suivants :
http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/crgn/Publications/Notes-du-CREOGN/La-Garde-nationale-la-renaissance-d-une-idee-revolutionnaire

http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/crgn/Publications/Notes-du-CREOGN/Le-Reglement-general-de-protection-des-donnees-vers-une-grande-charte-des-libertes-de-l-identite-numerique

samedi 25 mars 2017

« Sensibiliser aux enjeux citoyens de la Défense » : une journée de formation destinée aux enseignants


L’ELOCA (Établissement Logistique du Commissariat des Armées) de Roanne accueillait jeudi 9 février 2017 une journée inscrite au Plan Académique de Formation des enseignants du second degré du département de la Loire.
Une vingtaine de stagiaires étaient réunis, principale de collège et professeurs d’histoire-géographie, d’anglais, d’éco-gestion, de technologie ou de lettres-histoire en collège, en lycée ou en lycée professionnel.

La journée était organisée par notre camarade Grégoire Maguin et M. Franck Besqueut, professeurs d’histoire-géographie et respectivement auditeur de la 202ème session en région de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense Nationale) et formateur académique.

Après un mot d’accueil du commandant Franck Derbomez, directeur de l’ELOCA, le lieutenant-colonel Bernard Godini, Délégué Militaire Département de la Loire, a présenté un état des lieux des missions de la Défense nationale et des Opérations Extérieures en cours.
Ensuite, M. Jean-Paul Croze, membre de la réserve opérationnelle de la gendarmerie et de la réserve citoyenne de l’Éducation Nationale, a présenté son parcours personnel et a expliqué le sens de son engagement.

Pour clôturer la matinée, M. Christophe Réville, secrétaire général de l’AR14 de l’IHEDN et président-fondateur du Sommet de l’intelligence économique et de la sécurité, a dressé un panorama des cybermenaces qui pèsent aujourd’hui et de l’organisation de la cyberdéfense en France.

 
Les échanges organisés entre les intervenants et les stagiaires ont été à chaque fois riches d’intérêt.
Après la pause méridienne, les stagiaires ont pu découvrir lors d’une visite guidée les locaux de l’ELOCA, les formations qu’il propose et les matériels mis à la disposition des armées.

Pour terminer la journée, un échange avec Mme Christine Lauer, IA-IPR (Inspecteur d’Académie-Inspecteur Pédagogique Régional) d’histoire-géographie, a pu permettre aux stagiaires de réfléchir à la définition et à la construction du parcours citoyen qui s’impose aux élèves de la 6ème à la Terminale. L’importance tout comme les difficultés de sa mise en place ont été soulevés.

Merci encore une fois aux personnels de l’ELOCA pour leur chaleureux accueil tout au long de cette journée. Merci également à tous les intervenants et à M. Nicolas Rosset, IA-IPR physique-chimie et délégué du trinôme académique, qui nous a fait l’honneur de sa présence.

vendredi 24 mars 2017

Le groupe de travail : dernière ligne droite !

Avant la présentation des travaux aux Auditeurs de la Région Lyonnaise le 15 mai (Réservez votre soirée ! Inscriptions en ligne sous peu), rappelons que le groupe de travail sur le Thème d'année est assidu!
Le thème 2016-2017  "Autonomie stratégique de la France" rassemble des auditeurs dans toutes les associations régionales, pour une synthèse et une restitution au niveau national au dernier trimestre 2017, puis une remontée vers les instances dirigeantes du Pays sous le couvert de l'Union-IHEDN : Une manière privilégiée de remplir notre mission de réflexion, de rayonnement et d'influence au service de l'esprit de défense nationale et de sécurité.

Le groupe "Région Lyonnaise" travaille sur le thème annuel proposé par l’Union-Ihedn depuis la rentrée de septembre avec une douzaine de membres réguliers, rarement plus, parfois un peu moins selon les circonstances et les impedimenta de chacun, ce qui représente un peu moins de la totalité des inscrits de départ.
Il se réunit environ toutes les 3 semaines pour échanger, construire une réflexion commune, partager de la documentation et les recherches effectuées par chacun en dehors de nos rencontres.


Huit séances ont déjà eu lieu, dont deux avec des personnalités que nous avions invitées pour les questionner. Le GML a aussi volontiers accueilli une délégation du groupe en février et a répondu à nos interrogations avec beaucoup de clarté et de précision. Toutes ces séances ont donné lieu à des CR détaillés.
Encore trois séances sont à venir pour encadrer le travail d’écriture et mettre au point le rapport...

Christophe Réville, Hervé de Monplanet, animateur du Groupe de Travail
(c) Photo Jean-Pierre Troadec


jeudi 23 mars 2017

Notre AR présente au Gala de la sécurité

"Les nouvelles technologies et nouvelles menaces", au cœur du Gala de la Sécurité



Le 15 mars se tenait la 6 ème édition du Gala de la Sécurité au Pavillon d’Armenonville à Paris.
L’évènement, organisé par le Club Agora des directeurs de la sécurité, réunissait plus de 400 invités, directeurs de la sécurité et personnalités de l’univers de la défense, de la protection, de
la cybersécurité et de l’intelligence économique.

Notre AR est membre de l'AGORA des Directeurs de la Sécurité, à l'instar de nombreuses institutions qui œuvrent sur ce thème, partie intégrante de notre mission de rayonnement - et source régionale de futurs auditeurs pour nos sessions.

Dans une ambiance festive et dans un cadre de prestige, cette nouvelle édition à destination des directeurs en sûreté ou sécurité, réunissait les invités autour du thème "Les nouvelles technologies et nouvelles menaces". Joël de Rosnay (Docteur en Sciences, biologiste, prospectiviste et écrivain), Gilles Babinet (Président du conseil national du numérique) et Augustin de Romanet (PDG de Aéroport de Paris) étaient les invités de la table ronde du Gala de la Sécurité, animée par Martial You, rédacteur en chef au service économie de RTL.

Plus de 400 Directeurs de la Sécurité / Sûreté de grandes entreprises publiques et privées, ainsi que différents experts avaient répondu présents pour cette soirée, associant le networking et l’information.


La Gendarmerie nationale a été mise à l’honneur, avec la remise du prix « coup de cœur » du Gala de la sécurité, pour l’action qu’elle mène avec « la Maison de la gendarmerie »*.

Rendez-vous est pris pour l’édition 2017 et sur l’ensemble des Agora, basés dans les principales villes françaises, pour les rencontres mensuelles des Clubs Agora en régions.

ZOOM : l'AGORA des Directeur de Sécurité est l’une des 18 communautés d’Agora Fonctions, 1er réseau professionnel dédié aux managers de grandes entreprises. Elle est composée de 6 clubs basés à Paris, Lille, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Marseille. En Région Auvergne-Rhône-Alpes, l'AGORA des DS est présidée par notre camarade membre associé Marc VIETHEN.
En voir plus :




*La Fondation « Maison de la Gendarmerie » œuvre au quotidien au profit des personnels militaires et civils ainsi que de leurs familles. Elle occupe ainsi une place de premier plan dans l’accompagnement social de la communauté de la gendarmerie.
L’appellation « ENTRAIDE GENDARMERIE », qu’elle partage avec la Caisse Nationale du Gendarme (CNG), autre acteur majeur de l’action sociale en gendarmerie, manifeste la volonté de ces deux institutions historiques d’améliorer sans cesse le soutien apporté à ceux, personnels de la gendarmerie, qui en ont besoin.

mercredi 22 mars 2017

LES RENCONTRES UNIVERSITE DEFENSE ENTREPRISES


La journée RUDE Sciences en présence du Président de l'Université Lyon 1 et du général de Reboul, du professeur Lehot et de notre camarade Géraldine Jomir


Le 9 mars lors des RUDE-Sciences sur le campus de la DOUA, l'accent était mis d'un côté sur la prise en charge de victime type victime d'attentat, c'est à dire nombreuses victimes avec des plaies hémorragiques, et adapté au "tout public" c'est à dire en n'utilisant que des gestes de sauvetage au combat de niveau 1, gestes que chaque citoyen peut apprendre dans le cadre d'une formation aux premiers secours (gestes de secourisme classique) avec en particulier la pose d'un garrot pour la prise en charge de l'hémorragie massive, ou celle d'un pansement compressif, et le positionnement adéquat de la victime - mais qui sont adaptés à des situations potentiellement non sécurisées.
C'est le quotidien en opération extérieur en cas d'attaque, mais c'était aussi malheureusement le cas lors des attentats du 13 novembre.
L'idée était de montrer ces gestes de secours que chacun peut apprendre, qui ne nécessite pas beaucoup de matériel, mais qui peuvent sauver des vies.
Par ailleurs il y avait un "tunnel pédagogique" d'apprentissage, en partant de la présentation des acteurs de la chaîne santé du service de santé des armées (sur un document vidéo), de la présentation de doctrine de sauvetage au combat, basée sur le damage control, pour prendre en charge une quantité importante de victimes en pré-hospitalier, et des posters de présentation de la doctrine d'utilisation d'un garrot, sa mise en place et celle d'un pansement compressif (posters pédagogiques).

Ensuite était proposé un serious game, jeu vidéo qui met le joueur en situation (attaque sur un groupe de combat, le joueur doit prendre en charge rapidement plusieurs victimes. L'accent est ici basé dans un premier temps sur la sécurisation (est on en situation de sécurité pour une prise en charge ?) en pratique il faut pratiquer le "pick and run" c'est à dire riposter ou faire riposter et aller mettre les blessés à l'abri (derrière un mur, une butte) (ce qu'on appelle faire un nid de blessé) puis effectuer très rapidement un tri (valide, non valide, DCD) et mettre en oeuvre les premiers gestes, en particulier la pose de garrot, le positionnement ... Ce sont des gestes de secourisme de base que tout combattant sait effectuer... et que tout citoyen peut apprendre.
Ensuite deux personnels montraient la pose d'une garrot et celle d'un pansement compressif, en explicitant bien l technique du geste.
Puis les participants pouvaient eux même s'exercer à la pose, un moniteur à leur côté pour vérifier la bonne technicité du geste, ou la rectifier au besoin.


En parallèle avaient lieu des présentations dynamiques de sauvetage au combat de niveau 1 (celle que tout combattant possède) réalisées par un groupe de combat du Régiment Médical de la Valbonne.

Des entreprises de la Défense étaient également là pour présenter à ce public d'étudiants en sciences les métiers de la Défense.

En extérieur se trouvaient les CIRFA pour une présentation de la réserve opérationnelle de chaque armée (pas du Service de Santé des Armées, celle ci sera présente le 23 mars).


Pour le 23 mars, la journée RUDE Santé (sur le campus Rockefeller) est là aussi orientée sur le damage control préhospitalier.
Les présentations dynamiques de sauvetage au combat seront réalisées par des étudiants en médecine et maieutique civils inscrit à un enseignement optionnel de défense et de sécurité et qui ont été formés au sauvetage au combat par le Service de Santé des Armées, par l'école du Val de Grâce grâce au CeFOS et au CESimMO (enseignement par simulation). Ils réalisent des gestes d'un niveau technique correspondant à celui des personnels de santé (en pratique plus de gestes, plus invasifs) et qui correspondent à la premières prise en charge médicale, gestes salvateurs (on est toujours dans le damage control) mais dont la doctrine est d'être effectués très tôt par le personnel du SSA.
On retrouvera, identique, le même tunnel pédagogique pour que chaque participant puisse apprendre à poser un garrot et un pansement compressif.
Sera également en présentation la structure médicale avancée "PM14" qui permet la médicalisation de l'avant (justement pour permettre au plus tôt et au plus proche du combattant la réalisation des gestes tels que ceux qui seront démontrés par les étudiants) ainsi que la première prise en charge médicalisée, le but étant de respecter la "golden hour" le délai de moins d'une heure entre l'évènement et la prise en charge médicale.

Rappel : les RUDE Santé, c'est demain !


Rencontres Université Défense Entreprises
(RUDE) Santé c’est :

de 10h45 à 14h30
devant le bâtiment JF Cier :
Ateliers premiers secours sur mannequins :
contrôle d’une hémorragie externe sévère.
Démonstrations commentées de secours au combat
par le Régiment Médical et
le Centre de Formation Opérationnelle en Santé (CeFOS).

Matériels :
(véhicule de l’avant blindé sanitaire, déminage,
matériels pédagogiques...).

Entreprises :
LFB, OUVRY SA (tenues de protection),
EMD (matériels pédagogiques).


ENTRÉE LIBRE
LA PRÉSENTATION DE
VOTRE CARTE D’ÉTUDIANT EST REQUISE.


mardi 21 mars 2017

l'Education nationale publie les guides de bon usage d'internet, à l'attention des enseignants et de leurs élèves

Guide de survie des aventuriers d'Internet 

Livret pédagogique disponible sur le site du CECIL. Ses 12 fiches pratiques peuvent permettre d'animer des « ateliers d'autodéfense numérique ». 

L'association CECIL (Centre d'Étude sur la Citoyenneté, l'Informatisation et les Libertés), en partenariat avec la LDH (Ligue des Droits de l'Homme) publie un Guide de survie des aventuriers d’Internet. Ce guide imprimé vise, selon les auteurs, à sensibiliser les usagers internautes aux dangers liés au profilage, aux publicités ciblées, et aux différentes mesures restrictives de libertés, à assimiler des bonnes pratiques pour mieux défendre les vies privées et les libertés, à améliorer la maîtrise des outils numériques courants comme le navigateur, les mots de passe ou les cookies et enfin à favoriser l'adoption de mesures et d'outils simples et pratiques pour se protéger, tels que les dispositifs anti-traceurs, les techniques de chiffrement ou le recours aux réseaux « anonymisants ». Le livret composé de 68 pages au format A5 est la version imprimée de 12 fiches pratiques disponibles sur le site du CECIL.

Des conseils pratiques

Les fiches sont présentées dans le but d'aider l'internaute à protéger ses libertés en milieu digital « hostile » et pour réduire les risques liés à la surveillance. Elles s'organisent donc en 12 thématiques clairement distinctes :
Ces fiches, sous licence Creative Commons, proposent des pistes très pratiques et utiles pour mieux appréhender les problématiques liées à la traçabilité en ligne. Elles complètent de manière concrète les différentes notions et conseils exposés dans le Guide d'autodéfense numérique (2014) publié en ligne, 2 volumes sous copyleft dont le but était déjà d'« affiner l’art de la navigation dans les eaux troubles du monde numérique ».

Sources

Réseaux et médias sociaux

Veille Éducation Numérique - Publication du Centre de documentation de la DGESCO
►Voir sur éduscol 
 

lundi 20 mars 2017

Police municipale, Police et Douane, protection des populations : la loi est parue, portant notamment sur l'usage des armes par les forces de l'ordre

La loi n° 2017-258 du 28 février 2017 relative à la sécurité publique est publiée au J.O. du 1er mars2017 :

En voici le sommaire :
  • Usage des armes par les forces de l'ordre, y compris polices municipales, douanes, militaires de l’opération Sentinelle, etc.
  • Mutualisation des polices municipales.
  • Protection de l'identité de certains agents intervenant dans les procédures pénales et douanières ainsi que des signataires de décisions administratives fondées sur des motifs en lien avec la prévention d'actes de terrorisme.
  • Nombreuses dispositions diverses, notamment d’ordre pénitentiaire.
  • Application à l’Outre-Mer.


Très intéressant aussi, l’avis très critique de la commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) du 23 février sur le projet de cette loi :

« Le caractère foisonnant du texte de loi et la diversité des mesures qu'il contient ne permettant pas à la CNCDH de se prononcer de manière exhaustive sur l'ensemble du texte, elle a donc choisi de ne se prononcer que sur les dispositions les plus symptomatiques de l'esprit du texte et des orientations politiques qu'il recèle, en particulier celles relatives à l'usage des armes (I), à la protection de l'identité des dépositaires de l'autorité publique (II) et à l'aggravation de la répression des délits visant les forces de l'ordre (III). La CNCDH se prononce également sur les mesures visant à créer une filière d'activité privée de sécurité armée (IV), à licencier les agents de certaines entreprises de transport dont le comportement serait incompatible avec leurs missions (V), sur les dispositions modifiant la loi relative à l'état d'urgence (VI) et celles visant à rétablir le délit de consultation habituelle de sites internet terroristes (VII). Enfin, la CNCDH s'inquiète des nouvelles prérogatives octroyées aux personnels pénitentiaires en matière de renseignement (VIII) et des conditions du suivi des personnes condamnées après leur libération (IX). »

dimanche 19 mars 2017

Retour sur la conférence "Climat et énergie"


  

MM. Jacques LONGUET, délégué régional EDF et Jean FLUCHERE, ancien délégué, membre associé, étaient invités le 15 mars de notre Association Régionale pour nous sensibiliser aux enjeux et à l'action décisive de notre opérateur national de production d'électricité dans les progrès dans la lutte contre les gaz à effet de serre, face aux défi fantastique de l'augmentation du besoin en électricité dans les années à venir.

Après la COP 21, les Etats ont pris conscience de l'urgence à agir et se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz carbonique. En effet depuis le début de l'ère industrielle, la température moyenne du globe s'est élevée de 2 °C environ en raison de l'effet de serre lié à la concentration en gaz carbonique dans l'atmosphère due à la combustion des combustibles fossiles. Or tous les climatologues sont d'accord pour dire qu';au-delà de + 4 ° en 2100, le phénomène peut échapper à tout contrôle. La France a pris l'engagement de réduire de 75 % ses émissions de gaz carbonique en 2050 par rapport aux émissions de 1990.

Il s'agit d'une véritable révolution dans un des pays industriels du monde, parmi ceux qui émettent déjà à ce jour le moins de gaz carbonique par habitant et par an, grâce notamment à son mix de production décarboné nucléaire – hydraulique. Nous devrons réduire drastiquement notre consommation de combustibles carbonés puis faire des économies d'énergie notamment dans le résidentiel-tertiaire, substituer des carburants pétroliers des véhicules par de l'électricité, et utiliser massivement des énergies renouvelables thermiques.



NdLR :
un article du "Monde" reprend les enseignements essentiels de cette présentation. A lire ici.





Et pourtant, ça vole...


Un diaporama intéressant sur les objets volants identifiés mais parfois bien bizarres...

Les soldats des Troupes de Montagne : l'actualité

Dans le dernier FRESM-INFOS, pp 6-8, vous trouverez un info sur les gestes de premier secours et,  pp 18-19, un reportage sur la visite des auditeurs (SN) à l'EMHM de Chamonix;


(exemplaire à télécharger ici)

samedi 18 mars 2017

Le SIOUX de mars est paru


Le dernier GEND'INFO à lire en ligne...

Chers Amis et Camarades,

J'ai le plaisir de vous informer de la disponibilité du dernier numéro de GendInfo avec un dossier sur la gestion des RH en Gendarmerie.
http://fr.calameo.com/read/0027192927be91215c973?page=1


Décès d'un Compagnons de la Libération

Les Compagnons de la Libération prednt un des leurs.
Vous pourrez lire les biographies des 12 Compagnons sur 1038 qui sont encore parmi nous : 

Louis Cortot

Louis Cortot est né le 26 mars 1925 à Sombernon en Côte d’Or. Son père était artisan ferblantier. 
Il quitte la Côte d’Or en 1937 avec ses parents pour s’installer à Saint-Cloud où il passe son certificat d’études. Il fréquente également le club d’aviation populaire de Boulogne-Billancourt qui lui apporte des connaissances en mécanique.
 Au début de l’occupation, il est étudiant dans une école professionnelle à Suresnes. Très rapidement, au début de l’année 1941, à l’âge de 15 ans, il rejoint la résistance tout comme son frère aîné, Jean Cortot.
Entré en contact avec l’Organisation spéciale (OS) du Parti communiste, il manifeste son désir de participer à l'action directe ; il commence par récupérer des armes, couper des lignes téléphoniques et distribuer des tracts.  Parallèlement, il doit abandonner ses études au milieu de sa troisième année à l'Ecole supérieure de Suresnes et devient  ajusteur.
 C’est dans l’usine dans laquelle il travaille qu’il confectionne les bombes qu’il va utiliser lors de ses missions.
Louis Cortot réussit avec brio de nombreuses opérations ; il provoque ainsi avec son groupe le déraillement d'un train de tanks provenant des usines Renault, rend inutilisable un transformateur disjoncteur à Issy-les-Moulineaux en mai 1942 et participe au grenadage d’un convoi de jeunesses hitlériennes à Trappes.
En juillet 1942, son groupe fait sauter le bureau du Rassemblement national populaire (RNP) à Boulogne-Billancourt, puis détruit à l’explosif le bureau d’embauche des ouvriers français volontaires pour le travail en Allemagne de Courbevoie.
En janvier 1944, Louis Cortot rejoint les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) de Seine-et-Marne pour participer à l'implantation d'un maquis à Saint-Mammès. A partir de mai, il est chargé des liaisons entre l’Etat-major des Forces françaises de l'intérieur (FFI) de Seine-et-Marne et celui de Paris.
Le 26 août 1944, il est très grièvement blessé à la face à Lieusaint en Seine-et-Marne, par des éclats de balles explosives, au cours des combats de la libération, faisant, malgré cela, preuve d'un grand courage et de sang-froid en n'acceptant que sur ordre formel de rejoindre un poste sanitaire.
Le 11 novembre 1944, il est décoré de la croix de la Libération par le général de Gaulle à l'Arc de Triomphe.
Après sa convalescence, il est responsable pour la Seine-et-Oise des milices patriotiques et de la Garde civique républicaine. Il est notamment en charge de l’instruction des dossiers pour le jugement des collaborateurs du département.
Aspirant de réserve à la fin de la guerre, il retourne à la vie civile d’abord comme ajusteur, puis dans la branche aéronautique chez Dassault en 1947 où il fait ensuite toute sa carrière.
Louis Cortot est président national de l’Association nationale des anciens combattants et ami(es) de la Résistance (ANACR) et membre du Conseil de l’Ordre de la Libération depuis décembre 2010. Il préside aussi, à compter de l'été 2012, l'association des amis du musée de l'ordre de la Libération.
Louis Cortot est décédé le 5 mars 2017 à Saint-Mandé dans le Val de Marne.

• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 8 novembre 1944
• Croix de Guerre 39/45 (1 citation)
• Croix du Combattant 39/45
• Croix du Combattant Volontaire 39/45
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance